Publié dans Non classé

43ème jour du grand concours anniversaire

Visuel Maddie.jpg

🎁🎁 43ème jour du concours anniversaire 🎁🎁

Remportez de super lots offerts par Maddie D.
Le concours aura lieu du jeudi 27/07/17 à 00h01 au 03/08/17 à 23h59.

Pour participer, c’est très simple, il suffit de suivre le lien suivant :

Publicités
Publié dans Non classé

Par amour de Valérie Tong Cuong aux Éditions JC Lattès

41kS-lvrXDL._SX315_BO1,204,203,200_.jpg

vecteur calendrier25 janvier 2017

livre-russe-de-rotation-de-pages-boucle-42239691  360 pages

themes_b Seconde Guerre MondialeFamilleBombardementsPrisonniers De GuerreRationnementArmée Allemande

14316889_533230096875410_7245114245568141928_n.png

20717-euro-symbol-on-a-shopping-bag1-200x200 14,99 € – Ebook / 20,00 € – Broché

 

 

14922926_10154716934704228_1542764148_o

Par amour, n’importe quel être humain peut se surpasser. On tient debout, pour l’autre plus encore que pour soi-même.

 

Avis Kristel

On se retrouve plongé au Havre, sous l’occupation allemande lors de la seconde guerre mondiale et on y a suit ce qui aurait pu être une famille formidable, sans toutes ces horreurs.

On se doute que ça ne va pas être drôle, pourtant on se surprend à sourire quelquefois. Ce n’est pas larmoyant pour autant, c’est juste… juste. La vérité, notre passé, l’ignominie et la bêtise humaine qu’on nous met encore une fois sous les yeux.

J’ai lu beaucoup de romans sur cette période de notre histoire, celui-ci fait partie de mes préférés. On sent tout le travail de recherche mené par l’auteure pour nous livrer un récit cohérent et au plus proche de la triste réalité d’alors.

Les descriptions sont très (trop ?) réalistes, je me suis très facilement transportée dans cette ville assaillie, à renifler les odeurs putrides de la mort, ou celles, douces et florales de l’Algérie (oui, on voyage un peu aussi). Pourtant, j’ai eu du mal à me plonger dedans au départ, j’ai trouvé qu’il y avait quelques longueurs. Heureusement, l’alternance de narrateurs à chaque chapitre a vite fait de donner un rythme fou au récit.

J’avoue avoir commencé ce roman sans vraiment savoir de quoi il parlait, en me fiant simplement au titre. J’ai bien fait, parce que c’est bien ce dont cette histoire parle, l’amour…

L’amour fraternel, l’amour maternel, l’amour ‘amoureux’, l’amour de son pays, l’amour amical… On en a sous toutes ses formes. Et c’est la puissance de ces différents types d’amour qui va faire avancer nos personnages, leur faire prendre des décisions, souvent, très difficiles pour s’en sortir et surtout pour faire que les autres s’en sortent.

C’est le premier roman de cette auteure que je lis, certainement pas le dernier.

 

Publié dans Chroniques de Caro, Non classé

The guy next door de Livia Cruz chez Lips & Roll Editions

51SoB71ymLL

vecteur calendrier21 juin 2017

livre-russe-de-rotation-de-pages-boucle-42239691 328 pages

themes_b Amitié – Amour

14938391_1775187656067218_8984659418339234038_n

20717-euro-symbol-on-a-shopping-bag1-200x200 4,99 € -Ebook

 

 

14922926_10154716934704228_1542764148_o

« Il est des êtres dont c’est le destin de se croiser. Où qu’ils soient. Où qu’ils aillent. Un jour ils se rencontrent… « 

Élise – alias Lily – est une jeune femme dont la vie s’articule entre la fac, le pub où elle travaille et ses quelques amis.
Raphaël, quant à lui, joue son rôle de fils à papa à la perfection. De prime abord exécrable et prétentieux, il vit dans l’oisiveté sans se soucier de ce que pensent les autres.
D’un heureux hasard, le destin va les rapprocher, les obligeant malgré eux à cohabiter et à mettre de côté leurs préjugés. Mais une attirance et un amour aussi forts ne valent-ils pas tous les sacrifices ?

Livia Cruz signe une romance sur fond de comédie à l’américaine et nous fait découvrir des personnages aux caractères hétéroclites. Le lecteur, dans ce récit à deux narrateurs, découvre le quotidien d’une jeune femme orpheline et d’un voisin « gosse de riches » que tout oppose. Mais lorsque le destin frappe à leur porte, qui sait ce qu’il leur réserve ?

Avis de Caro - rouge

J’ai apprécié suivre l’histoire de Lily, une jeune fille qui en a bien bavé durant son enfance bazardée entre différentes familles d’accueil. Cependant ce petit bout de femme est courageuse, audacieuse et déterminée jonglant entre ses cours et son travail pour subvenir à ses besoins. Derrière l’image que donne le statut de Raphaël se cache un enfant incompris, qui a cruellement manqué de l’amour de ses parents. Le destin va les mettre sur la même route, que dis-je, dans des immeubles face à face.

Tout les opposent et pourtant ! Et Si les apparences sont parfois trompeuses ?

Un excellent moment de lecture. Je ne sais pas si vous connaissez le film vous avez un message avec Meg Ryan et Tom Hanks ? ce roman a des similitudes avec ce film et j’adore. J’étais à l’affût du prochain mail ou appel.

Une plume légère pour un bon moment de lecture ! Bravo a l’auteur

Petit bémol, enfin pour moi : Je m’attendais à une intrigue sur le passé de l’héroïne mais qui sait peut être dans un prochain roman ?!

Publié dans Non classé

In scontru di … Isabelle Castelli

15424415_10154851189164228_2120985370_n

Je remercie tout d’abord Isabelle d’avoir bien voulu répondre à mes questions.

 

0511-1101-0513-4935_female_artist_painting_a_portrait_clipart_image Portrait d’auteur

Nom et Prénom et/ou pseudo d’auteur(e) :

Isabelle Castelli

Si vous deviez vous présenter en quelques lignes :

Je suis née en 1976, année caniculaire, à Paris. J’ai vécu en banlieue est pendant 25 ans avec, entre temps, une année en Angleterre dans le cadre de mes études. J’ai commencé à travailler à 22 ans comme prof d’anglais d’abord en Seine-Saint-Denis puis en Auvergne, région où je vis aujourd’hui, que je quitte souvent et où je reviens souvent.

Quand vous étiez petit(e), vous vouliez faire quoi plus tard ?

Ça changeait. Journaliste, avocate, médecin, sans doute, rien de très original, en tous cas pas prof je crois, mais ça ne me semblait pas important, je disais ça comme j’aurais dit n’importe quoi. Mes centres d’intérêts étaient multiples et j’avais du mal à me limiter ou à me projeter dans l’un d’entre eux.

Quand avez-vous commencé à écrire ? Et qu’est-ce qui (ou qui) vous en a donné envie ?

Il y a eu plusieurs phases. J’ai tenu des journaux pendant toute mon enfance et toute mon adolescence, pas forcément intimes d’ailleurs, mais je me souviens que j’aimais bien trouver le mot juste, celui qui se tient au plus près de la pensée. Oui, j’étais une petite fille assez bavarde et j’aimais bien les mots, et de fil en aiguille, le langage, les histoires. Je lisais beaucoup.

(Moment de doute. C’est bien gentil de parler de soi mais faudrait pas raconter n’importe quoi. Je profite donc d’un appel à ma mère pour savoir ce qu’elle en pense. À la question « quelle petite fille j’étais ? » elle me répond : « tu étais bavarde, tu aimais les mots, tu lisais beaucoup ». Bon apparemment je n’ai pas sombré dans le fantasme.)

Je me souviens de ces moments où je me glissais en douce dans la chambre de mes parents et où je piquais des livres à ma mère. Elle avait deux étagères pleines, vraiment ça croulait. Je restais postée là et je prenais les volumes qui me tombaient sous les mains. Je regardais les couvertures, je lisais le résumé, je feuilletais, souvent je reposais, parfois je prenais, même si ce n’était pas de mon âge, surtout si ce n’était pas de mon âge.

(Lors du même coup de fil, je raconte cette anecdote à ma mère. Sa réaction, amusée : «  ah oui ? T’as fait ça ? Moi aussi je rentrais dans la chambre de ma mère pour lui piquer des bouquins. D’ailleurs un jour je suis tombée sur un livre si prenant que je ne suis pas allée au lycée. » Ma mère, elle me bat.)

Vers 20 ans, j’ai fait une rencontre importante, sur les bancs de la fac. Littéralement, c’était sur un banc et à la fac. Je lui ai dit : « tu fais quoi? », il m’a dit : « je t’attends ». Je n’invente rien, ça s’est passé comme ça. Il était américain, de Colorado Springs. On est devenu proches. Il composait de la musique, il écrivait, il peignait. Sa créativité était contagieuse et il m’encourageait dans mes travaux d’écriture. Mes deux premières histoires (non publiées et qui n’avaient pas vocation à l’être) Là sur ce banc où et Impasse de l’Avenir datent de cette période. Pendant cinq ans on a passé du temps ensemble. Il était reparti vivre aux USA mais j’allais le voir et il venait en France. Puis il est décédé brutalement. Une des dernières choses qu’il m’ait dites, chez lui, à San Francisco, dans Russia Avenue : « il faut que tu continues à écrire des histoires, ne lâche pas. » Sa mort a eu l’effet inverse. J’ai tout lâché, et pas seulement l’écriture mais aussi la musique qui avait, jusque là, occupé une place importante dans ma vie. Etrangement ou logiquement c’est un autre décès, dix ans plus tard, qui m’a replongée dans l’écriture, celui de ma grand-mère maternelle en mai 2010. Mon nom d’auteur, Castelli, est le sien.

De quoi vous ne pourriez pas vous passer ?

De mon imaginaire en premier lieu, puis de celui des autres. Même si je suis consciente qu’il serait vain de vouloir vivre d’amour et d’eau fraîche et qu’on ne peut aujourd’hui s’affranchir du matériel, je sais que même au chaud dans une corne d’abondance je serai malheureuse si j’étais privée de mon imaginaire, cette volonté de donner du sens à ce qui m’entoure et à le métamorphoser en autre chose. Je dirais même que plus le matériel m’écrase – nous vivons, il me semble, dans une époque matérialiste, peut-être la plus matérialiste qui soit – plus j’ai besoin d’imaginer et que d’autres imaginent autour de moi. Mais la distraction m’intéresse peu, je n’ai pas besoin d’être divertie, j’ai besoin de contenu. Je cherche des livres, des morceaux, des films qui, même s’ils touchent au fantastique, me disent quelque chose de ce que c’est d’être un Homme, ici et maintenant.

Votre émission de tv favorite :

Je regarde peu la télé et exclusivement des films ou des séries. Il peut m’arriver de la consommer de manière passive parce que je suis dans une pièce et qu’elle est allumée mais je ne regarde aucune émission de manière intentionnelle et régulière. Après, je ne la dénigre pas et il m’arrive de tomber par hasard sur des émissions qui retiennent mon attention. Dimanche dernier par exemple, au réveil, je suis descendue prendre le petit déjeuner. La télé était allumée. Mon premier réflexe aurait été de l’éteindre surtout que personne ne la regardait mais c’était une émission sur Frida Kahlo. Je n’ai pas réussi à me détacher du visage de cette femme, ses toiles, le récit de sa vie.

Votre film favori :

Je n’en ai pas. Il y a beaucoup de films que je prends plaisir à voir et à revoir mais aucun ne supplante les autres. J’aime bien les films qui présentent plusieurs degrés de lecture et où on découvre de nouveaux aspects à chaque visionnage. Des films un peu casse-tête en fait. Je pense à Matrix de Lana et Andy Wachowski, Shining de Stanley Kubrick ou plus récemment Interstellar de Christopher Nolan.

Justement, si un film était produit sur votre vie, qui jouerait votre rôle et pourquoi ?

Question assez déroutante. D’abord je n’aime pas beaucoup les biopics. Faire de la vie de quelqu’un une histoire me semble assez casse-gueule et forcément subjectif. Et remplacer un visage par un autre, c’est dérangeant. Je ne penserai peut-être pas ça dans 40 ans si je suis encore là mais aujourd’hui je dirais ça : pas de film.

Votre série favorite :

Un peu la même réponse que pour les films. Pas de série préférée mais plusieurs que j’ai appréciées : Tunnel avec Clémence Poésy, Top of the Lake de Jane Campion, récemment Lune Polaire avec Leïla Bekhti, les premières saisons de Breaking Bad. Mais voilà faut pas qu’il y ait trop de saisons. Game of Thrones, par exemple, j’ai vite lâché l’affaire.

Votre chanson préférée :

Pas de chanson préférée, ça change tout le temps. Beaucoup de chansons sortent tous les jours. L’époque est matérialiste mais elle est aussi très musicale. On chante beaucoup. Et c’est très bien comme ça. La musique, à mes oreilles, n’est pas figée et je ne peux la réduire à un morceau. Elle est mouvement(s) et elle évolue tout le temps. Parmi ces mouvements, et comme le titre de mon roman l’indique, le Hip Hop est celui qui retient le plus mon attention. C’est là que je trouve la plus grande richesse : dans le rap francophone en terme d’écriture et dans le rap américain en terme de musicalité. Certains artistes, exceptionnels, excellent dans les deux, l’écriture et le musical, le contenu et le contenant. Ceux là je les écoute beaucoup, je les écoute vraiment, ils me font du bien.

Votre idole :

Aucune idole.

Quelle est la 1ère chose que vous faites en vous levant le matin ?

Heu… J’ouvre les yeux ? J’éteins le réveil ? Je pose les pieds par terre ? Je sors dans le jardin pour me rouler dans l’herbe et recueillir toute la puissance de la rosée du matin ? Plus sérieusement, rien d’exceptionnel, comme tout le monde, j’émerge. Par contre, je l’ai déjà dit et c’est toujours vrai, j’adore écrire au saut du lit. Je l’ai beaucoup fait lors de mes voyages au Sénégal. Plus la journée avance, moins je peux écrire.

Quels sont vos tics ou vos manies ?

Assez compliquée comme question, je dois en avoir mais je n’en suis pas consciente (faudrait peut être que je rappelle ma mère…).

Quelle a été votre plus grosse honte ? Et la chose le plus drôle qui vous soit arrivé(e) dernièrement ?

J’ai justement eu une conversation avec mes enfants âgés de 9, 11 et 12 ans sur ce sentiment : la honte. C’est une notion intéressante. La conclusion de cette discussion fut que la honte est peut-être plus un sentiment de l’enfance/adolescence que de l’âge adulte, ou, en tous cas, qu’elle doit tendre à l’être. Et en y réfléchissant davantage aujourd’hui à l’occasion de cette interview je me dis que la honte est peut-être un objet de ma lutte. Mes parents avaient une manière de vivre un peu marginale et je me souviens très bien de ces moments où certains auraient voulu que j’ai honte de ça, de ne pas être comme les autres, de ne pas vivre comme les autres, de ne pas répondre aux injonctions sociales. Mais justement parce que mes parents assumaient leurs choix, parce qu’ils n’ont jamais cherché à m’humilier ou à me faire ressentir  la honte d’être soi, j’ai observé les mécanismes de l’humiliation sans qu’ils m’atteignent ailleurs qu’en surface.

L’héroïne de mon roman, Eva, est traversée par cette question de la honte, elle se débat avec elle. Elle oscille entre des moments « je m’en bats de tout et de vous » et des moments d’abattement et de repli sur soi. J’ai essayé, à travers son histoire, de mettre en lumière ces problèmes d’estime de soi et comment ils altèrent nos rapports avec les autres.  Mais Eva a cette force de métamorphoser la honte en dérision. Voilà ce qui, à mes yeux, la rend touchante. Et je trouve intéressant que dans la question, telle qu’elle est posée ci-dessus, on retrouve ce passage de la honte à l’humour.

Mais pour rentrer dans le vif du sujet (encore bavarde on dirait) : une anecdote où la honte et le rire ont partie liée. Un mercredi après-midi je prends la voiture pour amener mes enfants au sport. D’habitude en voiture c’est musique à fond donc j’entends rien d’autre mais cette fois-ci, sans doute parce qu’on discutait, pas de musique. J’entends un bruit bizarre dans la voiture, comme un sifflement au niveau de la roue avant droite. Bon, je ne me bile pas. Après avoir négocié un virage un peu sec, le sifflement se fait plus présent. Alors qu’on quitte la départementale pour entrer en ville, le sifflement devient un crissement à la limite du soutenable, un bruit aigu de pierre sciée par du métal. Tout le monde se retourne sur notre passage, les mains sur les oreilles, une expression douloureuse sur le visage. Cela n’échappe pas aux enfants qui sont submergés par la gêne et, oui, la honte : « mais maman, arrête ça ! ». Ils n’apprécient pas d’attirer l’attention ainsi sur eux. Et si je ne prends pas non plus mon pied à faire tant de bruit pour rien et à être ainsi une source de gêne pour les autres, je trouve ça plutôt amusant d’être à l’origine d’un tel boucan. Je les dépose, ils s’échappent soulagés et je file au garage, me doutant que quelque chose s’est glissée au niveau de mes plaquettes de freins, qu’elle s’y sent bien et qu’elle n’a pas l’intention d’en partir. Après une traversée de la ville plutôt comique, dont on me reparlera le lendemain – c’est une petite ville et tout le monde se connaît – j’arrive au garage et, après quelques minutes d’intervention, on me remet un gravier, de la taille d’une noisette, limé sur une face pour moitié. Le métal– avec une bonne mécanique derrière- peut être plus fort que la pierre, mais la pierre ne se laisse pas réduire en poussière en silence.

 

Croyez-vous au destin ?

Alors là, on rentre dans le lourd. A tout prendre je vais peut-être revenir à la question sur la télé…

Mais, non. Je m’arme de courage. Donc. Le destin…

Tiens, encore une question qui traverse Eva. La grande interrogation pour elle: « qu’est-ce que je fais là ? », « quelle est ma raison d’être ? ». C’est aussi la mienne même si je la formulerais différemment. Je dirais juste : « Pourquoi ? »

Je n’ai pas de réponse définitive à donner aujourd’hui mais chaque jour qui passe j’essaye d’avancer sur le chemin de la Réponse. J’en sais un peu plus qu’hier et un peu moins que demain, mais, oui, je pense que nous avons chacun une raison d’être, un rôle à jouer et que la vie doit se passer à trouver cette voie qui est la nôtre et celle de personne d’autre. Certains y arrivent, d’autres pas. Mais quand je tombe sur quelqu’un qui est en phase avec lui-même, qui sait qui il est et pourquoi, ça me fait du bien. Ces personnes ne sont pas difficiles à reconnaître : elles sont inspirées.

Quelle est votre phrase culte favorite  ? Et votre citation favorite  ?

 

Pas d’idole. Pas de culte. Mais j’ai envie aujourd’hui de citer Tupac Shakur, qui dans le genre « j’excelle dans la musicalité et l’écriture » occupe, pour moi, une place de choix. Après ça aurait pu être quelqu’un d’autre. Nombreux sont ceux qui ont des idées magnifiques et qui les expriment très bien mais voilà aujourd’hui c’est Tupac. Après je suis prudente avec les citations, les propos sont parfois déformés et hors contexte ils perdent de leur sens, mais il aurait dit :

« A lot of people – Black, White, Mexican, young or old, fat or skinny – have a lot of problem being true to themselves. They have a problem looking into the mirrorand looking directly into their own souls. (…) The reason I am who I am today is because I can look directly into my face and find my soul. »

La traduction est un exercice difficile mais le sens me semble à peu près celui-là : « beaucoup de gens (…) ont du mal à être vrai avec eux-mêmes. Ils ont du mal à se regarder dans le miroir et à scruter leur âme. Je suis qui je suis aujourd’hui car je peux scruter mon visage et trouver mon âme. »

Si je cite cette phrase aujourd’hui c’est sans doute parce qu’elle est un complément de réponse à la question précédente. Voir son âme c’est s’engager sur le chemin de son destin. 

Quelle est votre plus grande qualité ? Et votre plus gros défaut ?

« Allô, maman ? »

Comme pour les tics et les manies, d’autres sont sans doute mieux placés que moi pour répondre mais bon, je dirai que le doute me freine beaucoup. Je ne sais pas si c’est un défaut parce qu’il est aussi un gage d’exigence.

Après, si le doute est mon frein le plus puissant, quel est mon moteur ?

Je crois en l’amour, j’y crois fort. Dans son sens large. Amour de soi, amour des autres, amour des animaux et de la nature, amour de l’Homme et de la Vie. C’est ce qui me fait avancer, en recevoir et en donner.

Quel mot utilisez-vous trop souvent ?

Des gros mots.

Avez-vous déjà eu un ami imaginaire ?

Non. Juste des amis, et de l’imagination.

5 Vos livres

Le livre que vous lisez actuellement :

The Sacred History of the World, de Jonathan Black. Je lis presque seulement en anglais. Ce n’est pas de la fiction mais un essai qui vise à bâtir des ponts entre les différentes cultures, religions, mythes et contes du monde. C’est original, intéressant, inspirant.

Côté fiction, je suis plongée dans l’œuvre de Neil Gaiman, auteur recommandée par ma mère qui est encore pour moi une grande pourvoyeuse de livres (je parle beaucoup d’elle je trouve, c’est grave docteur ?). Il mélange réalisme, fantastique, théologie et fiction avec beaucoup d’allégresse et d’inspiration. American Gods doit bientôt faire l’objet d’une série. Anansi boys, son deuxième roman, qui est un peu le prolongement du premier, explore l’univers et la mythologie d’un dieu Africain, Anansi ou le dieu araignée.

Justement, si vous étiez un livre, vous seriez lequel ? Et pourquoi ?

Un truc bien compliqué, construit comme un labyrinthe avec des impasses, des fausses pistes et des moments d’ouverture.

Quel est votre petit rituel pour écrire ?

Je n’en ai pas. Mais c’est peut-être un tort.

Quel est votre livre préféré parmi les vôtres ?

Pour le moment il n’y en a qu’un, Hip Hop Love, publié chez HQN. J’ai pris beaucoup de plaisir à l’écrire et il m’arrive de m’y replonger parfois. Je constate que je l’aime toujours, peut être plus qu’au départ. Je découvre des sens cachés, des formules dont, au moment de l’écriture, je n’avais pas perçu toute la portée. Il contient pour moi toute la magie de l’inspiration.

Quel est votre personnage, parmi vos personnages, préféré ?

J’aime tous les personnages d’Hip Hop Love, sans exception. J’ai beaucoup parlé d’Eva et je l’ai beaucoup fait parler, dans le roman mais aussi dans un article pour le site suisse Jet d’encre où j’ai utilisé sa voix pour raconter les périples de ma quête éditoriale : « Itinéraire d’une héroïne de roman qui voulait exister ». Donc aujourd’hui j’ai plus envie de me tourner vers Valérie, sa meilleure amie. Calme, sensible, bien dans ses baskets, toujours disponible et de bon conseil, elle forme avec Eva un duo qui est un miracle d’équilibre (petit clin d’œil à l’auteure Lucia Etxebarria ).

Quel est l’endroit où vous aimeriez écrire ?

Au bord de la mer. Avec personne autour. Juste le bruit des vagues, le sable et les oiseaux.

 

indexVos projets

Quels sont vos envies et projets pour l’année 2017 (et les suivantes) ?

Terminer mon deuxième roman. Je suis dans la dernière ligne droite – les cinquante dernières pages – mais elle est décisive, tout le reste du livre en dépend, donc c’est chaud. J’attends le moment où je vais pouvoir me lancer sans avoir à m’interrompre et où j’aurais la force de dire ce qui doit être dit. C’est un livre assez sombre et contrairement à Hip Hop Love je ne l’écris pas dans la joie mais plutôt dans une forme de douleur.

Après j’aimerais me lancer dans le troisième, auquel je pense depuis longtemps et qui s’annonce beaucoup plus lumineux donc plus facile à écrire.

Avez-vous prévu d’aller sur des salons (en exposant ou en visiteur) ? si oui, lesquels (pour que les lecteurs puissent prévoir de vous y retrouver)

J’ai loupé cette année une invitation au salon qui se déroule à Clermont Ferrand « les Fées d’Arverne », faute d’avoir relevé mes messages à temps. On a pris rendez vous pour l’année prochaine. A voir.

Publié dans Non classé

Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie de Virginie Grimaldi aux Éditions Fayard

51dMVAgGmeL._SX320_BO1,204,203,200_

vecteur calendrier3 mai 2017

livre-russe-de-rotation-de-pages-boucle-42239691 464 pages

themes_b RomanceDouleurReconquête amoureuse

10486018_1478810819025838_6680231307355913083_n.jpg Editions Fayard

20717-euro-symbol-on-a-shopping-bag1-200x200 13,99 € – Ebook / 19,00 € – Broché

 

 

14922926_10154716934704228_1542764148_o

« Je ne t’aime plus. »
Il aura suffi de cinq mots pour que l’univers de Pauline bascule.
Installée avec son fils de quatre ans chez ses parents, elle laisse les jours s’écouler en attendant que la douleur s’estompe. Jusqu’au moment où elle décide de reprendre sa vie en main.

Si les sentiments de Ben se sont évanouis, il suffit de les ranimer.
Chaque jour, elle va donc lui écrire un souvenir de leur histoire. Mais cette plongée dans le passé peut faire resurgir les secrets les plus enfouis.

Avis Kristel

J’ai lu « Le parfum du bonheur est plus fort sous la pluie », de Virginie Grimaldi. Les deux premiers romans de Virginie Grimaldi ont été de véritables coups de cœur pour moi, certainement parmi les plus gros de ma vie de lectrice! C’est dire l’impatience avec laquelle j’attendais son nouveau livre… et quel bonheur de la retrouver, de retrouver ce style si frais, juste et poétique.

Ben et Pauline s’aiment depuis 15 ans, jusqu’au jour où Ben n’aime plus Pauline… Ne pouvant accepter cette idée, Pauline décide de « rappeler » à Ben combien ils se sont aimés, au travers de lettres-souvenirs, afin de raviver l’amour entre eux.

Durant un été partagé avec sa famille, elle va se plonger dans les souvenirs lointains, et moins lointains de leur histoire…

Virginie Grimaldi a ce pouvoir de te faire sentir impliqué dans une histoire qui n’est pas la tienne, comme si tu étais la principale concernée. Pauline devient ta meilleure amie, celle que tu as envie de serrer dans tes bras pour lui dire que tout va s’arranger. Sa famille devient presque la tienne, et leurs joies, mais aussi leurs peines t’atteignent en plein cœur.

Virginie est une « sorcière des mots », qu’elle manie avec magie, mais une magie abordable. Sans en faire trop, elle en fait tellement.

Vous l’aurez compris, ce troisième roman est un troisième coup de cœur…

 

Publié dans Non classé

Un avion sans elle de Michel Bussi chez Presse de la cité

un-avion-sans-elle-1374442

vecteur calendrier 12 janvier 2012

livre-russe-de-rotation-de-pages-boucle-42239691 533 pages

themes_b PolarIdentitéFamilleEnquête policièreIntrigueMystère

10288753_686283328127314_1155204004901075655_n

20717-euro-symbol-on-a-shopping-bag1-200x200 12,99 € – Ebook / 21,90 € – Broché

 

 

14922926_10154716934704228_1542764148_o

Qui est  » Libellule « , ce nourrisson, unique rescapé d’un crash d’avion ? Seul, un détective, trouvera dix-huit ans plus tard la vérité mais au prix de sa vie… Un thriller contemporain sur le thème de la quête d’identité d’un enfant, avant l’ère des analyses ADN et autres expertises.

Lyse-Rose ou Emilie ? Quelle est l’identité de l’unique rescapé d’un crash d’avion, un bébé de trois mois ? Deux familles, l’une riche, l’autre pas, se déchirent pour que leur soit reconnue la paternité de celle que les médias, ont baptisée Libellule.
Dix-huit ans plus tard, un détective privé prétend avoir découvert le fin mot de l’affaire, avant d’être assassiné, laissant derrière lui un cahier contenant tous les détails de son enquête.
Du quartier parisien de la Butte-aux-Cailles jusqu’à Dieppe, du Val-de-Marne aux pentes jurassiennes du mont Terrible, le lecteur est entraîné dans une course haletante, jusqu’à ce que les masques tombent.
Hasards et coïncidences ne sont-ils que les ricochets du destin ?
Ou bien quelqu’un, depuis le début, manipule-t-il tous les acteurs de ce drame ?

14894477_10154716951124228_437922262_o

J’ai été littéralement scotchée par ce roman et je n’ai pu le lâcher des yeux avant la fin qui est vraiment surprenante.

L’auteur nous transporte dans une enquête pour savoir quelle est la véritable identité de « Libellule », l’enfant rescapé du crash d’avion. On se pose beaucoup de questions pour savoir ce qui s’est passé et enfin à quelle famille « appartient » Libellule. Cela ne se fera pas sans encombres car entre indices et fausses pistes notre stress sera mis à mal… et nos interrogations mettront du temps à trouver leurs réponses mais c’est cela le brio dont fait preuve Michel Bussi pour ce polar (normalement je ne suis pas du tout attiré par les polars mais là j’ai adoré).

Les personnages sont assez mystérieux et l’on en apprend un peu sur eux surtout par des flashbacks et leurs routes se croisent et se décroisent souvent ce qui nous fait douter de l’issue finale qui est d’ailleurs inattendue pour moi !!! On revit l’histoire à travers le récit de Grand-Duc. D’ailleurs qui est ce détective ??? Saura-t-il trouvé qui est Libellule ?

Les thèmes principaux de ce roman sont la question de l’hérédité (car on cherche à savoir de quelle famille Libellule est la « rescapée ») mais aussi de l’amour à la haine en un tour de main. L’intrigue est vraiment bien menée et rythme tout au long notre lecture.

Enfin la plume de Michel Bussi est fluide, addictive… C’est un vrai régal de pouvoir le lire !

Je vous conseille ce roman qui m’a beaucoup touchée et que j’ai bien souvent conseillé aux abonnés de la médiathèque où je travaille et les retours ont toujours été très positifs. D’ailleurs mon ptit doigt m’a dit que je devrais rencontre Michel Bussi cet été (en juillet, en Haute-Corse) dans le cadre de mon travail lol

Publié dans Non classé

In scontru di … Faustine M.G.

15424415_10154851189164228_2120985370_n

Je remercie tout d’abord Faustine d’avoir bien voulu répondre à mes questions.

Son nouveau roman On fire tome 2 est sorti  le 21 avril 2017 chez mon partenaire Something Else Editions.

 

Voici les liens vers mes chroniques sur On fire:

pour le tome 1 : https://lecturesaflots.wordpress.com/2017/01/16/on-fire-tome-1-always-and-forever-de-faustine-m-g-chez-something-else-editions-blunt/

pour le tome 2 : https://lecturesaflots.wordpress.com/2017/04/24/on-fire-tome-2-dangerous-cocktail-de-faustine-m-g-chez-something-else-editions/

 

 

0511-1101-0513-4935_female_artist_painting_a_portrait_clipart_image Portrait d’auteur

Nom et Prénom et/ou pseudo d’auteur(e) :

Faustine M.G

Si vous deviez vous présenter en quelques lignes :

J’ai 35 ans, maman de deux petites filles de 10 et 7 ans. Je suis une grande rêveuse qui passe son temps à imaginer des histoires.

Quand vous étiez petit(e), vous vouliez faire quoi plus tard ?

J’aurais voulu voyager et écrire des guides touristiques.

Quand avez-vous commencé à écrire ? Et qu’est-ce qui (ou qui) vous en a donné envie ?

J’ai toujours écris, mais j’ai jamais osé partager mes histoires jusque là. L’envie a toujours été là.

De quoi vous ne pourriez pas vous passer ?

Je suis une grande fan de chocolat, de café, de lecture, mais ce qui vient en premier c’est mon mari et mes enfants dont je ne pourrais pas me passer.

Votre émission de tv favorite :

J’aime beaucoup l’émission de Cristina Cordula et ses phrases cultes . « Ma chérie, tu es manifaïk ! », « Ce n’est pas possible tes sourcils, c’est la foret amazonique »

Votre film favori :

J’en ai plusieurs Love store, Ghost, La ligne verte.

Justement, si un film était produit sur votre vie, qui jouerait votre rôle et pourquoi ?

Mdr… Je verrais bien Nathalie Portman. Pourquoi ? Je la trouve jolie et j’ai adoré Léon dans lequel elle a joué.

Votre série favorite :

Friends

Votre chanson préférée :

Amazine Grace

 

 

Quelle est la 1ère chose que vous faites en vous levant le matin ?

Hum… Ce n’est pas génial au réveil, j’ai une mauvaise habitude, c’est café et cigarette. Oui, oui, je sais c’est pas top.

Quelle a été votre plus grosse honte ? Et la chose le plus drôle qui vous soit arrivé(e) dernièrement ?

Ma plus grosse honte c’est quand j’étais plus jeune en classe. J’ai ri comme une dinde et j’ai fait un bruit de cochon au final. La plus drôle c’était il y a quelques mois, a force de prendre mon portable partout avec moi, il a fini dans les toilettes.

Croyez-vous au destin ?

Je ne sais pas vraiment si tout est défini à l’avance ou non. Je profite juste de l’instant.

Quelle est votre phrase culte favorite  ? Et votre citation favorite  ?

 «  Sois gentille avec ta sœur ! » lol. Ma citation préférée : La vie est un mystère qu’il faut vivre, et non un problème à résoudre.

Quelle est votre plus grande qualité ? Et votre plus gros défaut ?

Je donne beaucoup de moi-même, ce qui fait que ça peut être une qualité comme un défaut.

Quel mot utilisez-vous trop souvent ?

M**de.

Avez-vous déjà eu un ami imaginaire ?

Non, mais peut être avec l’âge lol.

 

5 Vos livres

 

Justement, si vous étiez un livre, vous seriez lequel ? Et pourquoi ?

Liz « Sink » Tome 2 de G.H David

Justement, si vous étiez un livre, vous seriez lequel ? Et pourquoi ?

Le Fléau de Stéphen King, oui je suis une adepte de cet auteur.

Quel est votre petit rituel pour écrire ?

Un café et de la musique en fond.

Quel est votre livre préféré parmi les vôtres ?

Je n’ai pas de préférence, On Fire est mon premier qui allie noirceur, humour, action. Lovely Song qui est sur Wattpad est plus en finesse, mais l’un et l’autre font parti de moi.

Quel est votre personnage, parmi vos personnages, préféré ?

Dylan et Nick, deux personnalités différentes, mais charismatiques.

Quel est l’endroit où vous aimeriez écrire ?

Sur une île, n’importe laquelle, je ne suis pas difficile ;).

Duquel de vos livres aimeriez-vous qu’un grand cinéaste, style Spielberg, s’inspire pour en faire un de ses prochains films ?

On Fire mais je ne suis pas sûr que ça intéresse Spielberg XD.

 

indexVos projets

 

Quels sont vos envies et projets pour l’année 2017 (et les suivantes) ?

Finir ma saga, rencontrer mes lectrices et partir en vacances.

Avez-vous prévu d’aller sur des salons (en exposant ou en visiteur) ? si oui, lesquels (pour que les lecteurs puissent prévoir de vous y retrouver)

Oui, je serais à Paris en Mars en dédicaces le vendredi( 14h30-16h00), le samedi(17h30-19h00) et le dimanche(16h00-17h30). Je réfléchis pour le moment pour le festival New Romance à Cannes.

Publié dans Concours de Lectures à Flo(ts), Non classé

Concours spécial Saint Valentin avec les auteures Noémie Loréna et Sonia Eska

16237855_10154993079069228_897828184_n.jpg

Concours Saint Valentin en partenariat avec les auteures Noémie Loréna Auteure et Sonia Eska Auteure que je remercie pour leurs lots et leur gentillesse.

Le concours commence le samedi 11 février à 00h01 et se termine le jeudi 16 février à 23h59.

Les règles du jeu :
* aimer la page de l’auteure https://www.facebook.com/Noémie-Loréna-1642136062772397/?ref=aymt_homepage_panel&__mref=message_bubble (obligatoire)
* Aimer la page de l’auteure https://www.facebook.com/Sonia-Eska-Auteure-1374106645995003/?fref=ts (obligatoire)
* aimer la page du blog (si ce n’est déjà fait) https://www.facebook.com/FloppyCorse2blivres/?fref=ts (obligatoire)
* aimer cette publication et laissez un ptit commentaire sympathique validant votre participation ça fait toujours plaisir lol
* n’oubliez pas de dire pour quel(s) lot(s) vous jouez (obligatoire)
* partager en mode PUBLIC (obligatoire) et inviter des ami(e)s si le cœur vous en dit, car « plus on est de fous, moins y’a de riz ! » ….

Une chance supplémentaire si vous êtes abonné au blog : https://lecturesaflots.wordpress.com/

Ce concours flash, non sponsorisé par Facebook est ouvert à la France métropolitaine et ses pays limitrophes.
Les gagnant(e)s seront annoncés sur la page, ils auront alors 72h pour se manifester afin de me communiquer leurs adresses.
En aucun cas, ni les auteures ni le blog ne serions être tenues pour responsable en cas de perte du lot par La Poste.

Bonne chance à tous !