Publié dans Chroniques d'Elina, Gil Editions

Prisonnière d’une cage dorée de Laëtitia Reynders chez Gil Editions

prisonniere-d-une-cage-doree-l-integrale-1045784-264-432

vecteur calendrier11 janvier 2018

livre-russe-de-rotation-de-pages-boucle-42239691  411 pages

Themes_B  Suspense – Dark Romance

20717-euro-symbol-on-a-shopping-bag1-200x200 6,99 € – Ebook

 

 

14922926_10154716934704228_1542764148_o

Lissa a tout pour être heureuse. Un métier, une famille, des amis.

Lorsqu’elle croise la route de Zyad Nadji Alam, un puissant Émir Qatari, sa vie change pour toujours.

Kidnappée, elle essaye de survivre en terre hostile, loin de ses proches, de ses mœurs. Dans une contrée où la condition féminine est définie par l’obéissance et la soumission.

Mais que représente-t-elle pour cet homme redoutable?

Un bel objet ou un être indispensable?

Prisonnière tel un oiseau en cage, elle va tout faire pour lui échapper, quel qu’en soit le prix !

 

elina

Lissa à tout pour être heureuse, un job qu’elle aime, une meilleure amie qui est toujours là pour elle, des parents aimants, bref une vie parfaite. 

Elle fait la rencontre, lors d’une soirée mondaine, de l’émir Zyad. L’attirance est immédiate mais Lissa, en sachant que Zyad doit retourner dans son pays très bientôt, ne veut pas succomber. 

Qu’à cela ne tienne, l’émir la sédate et la kidnappe pour l’emmener avec lui au Quatar. A son réveil elle est désormais prisonnière d’une cage dorée…. 

Ce livre « imposant » regroupe les 3 tomes de ce récit. 

La première partie nous relate l’histoire de Lissa, sa rencontre en France avec l’Emir Zyad Nadji Alam, son arrivée au Quatar, prisonnière d’une cage dorée, l’attirance qu’ils éprouvent l’un pour l’autre.  

Cette première partie est assez… troublante. En effet, Lissa, malgré sa condition de « Prisonnière » ne peut s’empêcher d’éprouver une attirance certaine pour son « kidnappeur » et ne peut s’empêcher de le protéger lorsque sa vie et sa liberté sont menacées. Eprouve t’elle un syndrome de Stockholm où ses sentiments sont ils « réels » ? Mais bien qu’elle éprouve  ces sentiments, elle ne peut accepter sa condition de prisonnière et n’aura de cesse de retrouver sa liberté perdue. Le personnage de Zyad est également troublant entre son amour pour Lissa, ses penchants sadiques, sa position sociale et ses relations professionnelles il est assez difficile à cerner. On adore le détester et on détester l’aimer, tout comme Lissa finalement. 

Dans la seconde partie du livre : LEA – Liberté – Egalité – Adversité, Lissa est morte et nous découvrons Léa, propriétaire d’un bar en République Dominicaine et Arnaud Valcourt, le co-propriétaire du bar. Lorsque Thomas Kerr, l’avocat de Zyad, débarque, leur vie va s’en retrouver bouleversé à jamais. 

Une seconde partie tout aussi troublante, les sentiments des protagonistes sont là encore ambiguë entre amour, passion, haine, la frontière est minime et le destin de ces personnages s’en retrouve bouleversé à jamais. De nombreux secrets et révélations vont accentué le tout.  

Dans la troisième et dernière partie : Un parfum de vengeance, nous suivons Alexy et Eva, deux jeunes médecins qui sont bien évidemment liés aux deux précédentes parties (mais je ne peux rien dire chutttttt ). Suite aux événements tragiques du précédent tome, Alexy a du vivre avec ce secrets, mais il est maintenant en âge de se poser de nombreuses questions et il va devoir également faire des choix et prendre des décisions qui ne seront pas sans conséquences ni pour son couple, ni pour sa famille. Saura-t-il faire les bons choix ???? 

Je ressors de ma lecture assez … « troublée »…. Comme je l’ai été tout au long de ma lecture. Mes émotions n’ont cessés de jouer au yoyo tout au long de ces plus de 800 pages, mais n’est ce pas ça que nous recherchons dans nos moments de lectures, un auteur qui sache nous faire réfléchir, joue avec nos émotions, bref nous touche….. 

Au fil des pages, j’ai pris pitié pour ces héros, j’ai eu envie de les baffer, puis de les prendre dans mes bras pour les réconforter, puis de nouveau de les baffer  pour de nouveau les consoler, et ceci aussi bien pour les personnages féminins que masculin. 

Et pour cela je dis BRAVO à Laetitia Reynders, car au vu des sujets abordés dans cet intégral, elle a su nous relater ces événements qui vous prennent au tripes et ce n’était pas chose aisée.  

Alors si vous n’avez pas peur pour votre petit cœur et que vous avez envie de faire un tour de grand huit émotionnel vous savez ce qu’il vous reste à faire .. FONCEZZZZZZZ