Publié dans Actes Sud Junior, Chroniques de Flo, Service Presse

Ma vie n’est pas un roman d’Alina Bronsky aux Editions Actes Sud Junior

ma-vie-n-est-pas-un-roman-1182709-264-432

vecteur calendrier6 mars 2019

livre-russe-de-rotation-de-pages-boucle-42239691 192 pages

Themes_B Adolescence – Fiction – Auteure – Histoire – Imaginaire

46738678_2188359867883202_2778857425493557248_n

20717-euro-symbol-on-a-shopping-bag1-200x200 10,99 € – Ebook / 14,90 € – Broché

 

 

14922926_10154716934704228_1542764148_o

Kim n’aime pas lire et ne lit pas. Mais un jour qu’elle assiste à la présentation par une écrivaine à succès de son dernier roman, elle est sous le choc : les extraits lus décrivent, à quelques détails près, sa vie, sa famille, jusqu’à ses pensées. Comme la mère de Kim, celle de l’héroïne, adepte du yoga et du végétarisme, vit seule avec sa fille ; comme le père de Kim, celui de l’héroïne s’est trouvé une nouvelle compagne. Dans le livre, Jonathan, amoureux désespéré de l’héroïne, meurt d’une piqûre de guêpe. Est-ce le sort réservé à son camarade Jasper, qui en pince peut-être pour Kim ? Comment déjouer la prédiction ? Pour cela, l’adolescente ne va pas hésiter à entrer par effraction dans la vie de la romancière retorse. Avec la complicité de sa meilleure amie Petrowna, à la personnalité flamboyante. Un récit rocambolesque, plein de fantaisie, et cependant profond. Idéal pour les plus réfractaires… à la lecture !

 

14894477_10154716951124228_437922262_o

Un résumé qui m’a vraiment envie d’en découvrir plus, surtout pour les abonnés « adolescents » de la médiathèque où je travaille, mais aussi une couverture qui m’a vraiment tapée à l’œil.

Nous voilà emporter dans la vie de Kim. Adolescente n’aimant pas lire mais qui va se retrouver avec sa classe à une rencontre d’auteure dont elle ne sortira pas « indemne ». En effet, d’après les quelques extraits lus lors de cette rencontre pour l’auteure sur son nouveau roman, Kim a comme l’impression de connaître cette histoire, pourtant elle ne l’a jamais lu auparavant mais en y réfléchissant bien on dirait qu’on parle d’elle, de sa vie… Drôle d’histoire qui deviendra « l’obsession » de cette dernière. Elle est obnubilée par ce roman et de plus, lorsque sa professeure lui demandera de faire un exposé sur ce roman avec l’aide d’un camarade de classe, cette dernière va paniquer et essayer de tout faire pour rencontrer l’auteure, quitte à la pourchasser une bonne partie du roman pour avoir réponses à ses questions. Le chemin vers la vérité, s’il y a, sera long et semé d’embûches en tout genre. Comment va-t-elle faire pour empêcher la « fin tragique » du roman ???

Dans sa quête, elle sera épaulée par sa meilleure amie Pétrovna qui a une personnalité assez complexe et qui semble avoir une vie de famille très « mouvementée » qui serait en partie « hors la loi ». Où est vraiment la vérité dans tout cela ?

Les personnages secondaires auront une place dans l’intrigue notamment la mère de Kim, que l’on peut qualifier de démissionnaire depuis sa séparation d’avec son mari, Jasper, le fameux camarade de Kim avec qui elle doit faire un exposé et qui semble être « le » Jonathan » du livre de l’auteure qui a droit à un destin funeste.  Par contre, l’auteure m’a donné bien du fil à retordre car je n’arrivais pas à la cerner et je l’ai trouvé assez distante face à ses lecteurs mais aussi aux événements qu’elle devra affronter…

Et si finalement chacun pouvait donner sa propre interprétation à une lecture et faire des rapprochements avec sa vraie vie ???!!!

Vous l’aurez sans doute compris « Ma vie n’est pas un roman » est une histoire originale qui nous montre jusqu’où l’imagination « débordante » peut aller et créer des situations rocambolesques. Un récit plein d’humour mais aussi profond qui nous fait nous demander jusqu’où nous pouvons nous reconnaître dans un roman, à travers l’un des personnages. Une histoire où réalité et fiction semble se croiser au point que Kim n’arrive plus à faire la distinction entre l’un et l’autre avec humour, mystère et où l’amitié a une place importante.

L’écriture est fluide, moderne et parlera beaucoup aux jeunes lecteurs. Une auteure que je ne manquerai pas de suivre à travers d’autres romans.

Je vous conseille donc, si vous aimez les histoires légères et sans prise de tête, de découvrir « Ma vie n’est pas un roman » dont l’intrigue et le thème autour du livre ont été bien travaillés mais qui me laisse tout de même un ptit goût de manque : en effet, parfois certains passages semblent avoir été traités trop rapidement, voir un peu de façon désordonné ce qui m’a éloignée du coup de cœur.

 

Je remercie Actes Sud Junior pour sa confiance et ce sp (sollicité via NetGalley) ainsi qu’Alina Bronsky pour ce ptit retour à l’adolescence et l’imaginaire bien développé dont nous pouvons faire preuve.

 

 

Publicités
Publié dans Actes Sud Junior, Chroniques de Flo, Service Presse

Dancers de Jean-Philippe Blondel chez Actes Sud Junior (via NetGalley)

Dancers.jpg

vecteur calendrier22 août 2018

livre-russe-de-rotation-de-pages-boucle-42239691 176 pages

Themes_B Danse – Passé – Echappatoire – Passion – Rencontres – Amour – Amitié

actes sud junior.jpg

20717-euro-symbol-on-a-shopping-bag1-200x2009,99 € – Ebook / 13,90 € – Broché

 

 

14922926_10154716934704228_1542764148_o

Un triangle amoureux. Une fille et deux garçons. Amour, amitié, séparation. Mais ce qui les relie irréductiblement l’un à l’autre est la danse, le hip-hop. La seule passion du mouvement, de la circulation dans et entre les corps, d’un art vécu comme une sérénité. Anais, Adrien et Sanjeewa : l’ancienne gymnaste à la carrière contrariée, le garçon en colère contre l’injustice familiale et le fils d’immigrés Tamoul que l’on ne sait pas trop où caser. Le trio réinvente les lois de l’attraction dans la vie comme sur un plateau. Nourri de culture musicale, Jean-philippe Blondel n’a pas son pareil pour mettre en scène l’adolescence avec énergie, sensualité et confiance.

 

14894477_10154716951124228_437922262_o

La passionnée de danse que je suis s’est empressée de découvrir ce roman « jeunesse » ayant comme thème principale la danse bien évidemment. De plus, j’ai pu joindre l’utile à l’agréable car travaillant dans une médiathèque et m’occupant essentiellement du côté jeunesse, j’aurai de quoi conseiller les adolescents qui me le demanderont lol C’est le 1er roman que je lis de Jean-Philippe Blondel et je pense que ça ne sera pas le dernier car c’est un auteur avec beaucoup de talent et je ne manquerai pas de le suivre à l’avenir…

Afin de ne pas spoiler l’histoire ne m’en veuillez pas de rester assez vague mais je vais tout de même vous en dire assez pour que vous puissiez vous en faire déjà une première opinion.

Ce roman est l’histoire de 3 adolescents (d’ailleurs ils seront les 3 narrateurs) qui n’auraient peut-être jamais du se rencontrer si ce n’est leur amour de la danse qui les a réuni dans ce nouveau lycée où ils ont choisi l’option danse. En effet, chacun a sa façon voit la danse comme un exécutoire face à leur vie et aux événements liés à cette dernière…

Anaïs, la seule fille de ce trio, avait pour rêve de devenir gymnaste de haut niveau. Elle a sacrifier son enfance mais aussi une partie de son adolescence pour y arriver entre entrainements et pressions. Alors qu’elle touchait presque du bout des doigts son rêve, une phrase remettra tout en cause et détruira la confiance qu’elle pouvait avoir en elle. Elle se remettra en question et décidera de s’exercer à la danse qui est un moyen pour elle de mettre son corps en mouvements mais aussi de se libérer des émotions néfastes qu’elle peut avoir telle que la colère mais aussi la déception… Mais alors que tout semblait bien se dérouler, un nouvel événement malheureux l’attend !!! Que lui est-il arrivé ? Saura-t-elle en ressortir plus forte ?

Adrien, lui, subit depuis sa plus tendre enfance le regard des gens mais aussi parfois les moqueries des gens qui ne se moquent du « handicap ». Alors pour combler ce fait, il s’efforce d’être un bon gars, un bon fils, un bon élève… mais cela commence à lui peser et malheureusement il fera parfois de mauvais choix dû certainement aussi à de mauvaises rencontres. Heureusement, pour ce jeune homme qui a du mal à communiquer, que la danse, à travers ses mouvements, exprime tout ce qu’il a du mal à dire par des paroles et en dansant toutes ses émotions transparaitront enfin… Quel est ce « secret » de famille qui lui pèse ? Saura-t-il faire les bons choix ?

Quant à Sanjeewa c’est mon coup de cœur, un vrai rayon de soleil. C’et le personnage qui m’a le plus touché de part sa maturité, son empathie, sa simplicité. En effet, son passé l’a façonné et il a décidé de ne prendre que le meilleur de ce que la vie lui donne ce qui fait qu’il est tout le temps en train de sourire malgré les attaques qu’il subit parfois. Pas facile pour cet immigré Sri-Lankais, avec sa peau pus foncé que celle des autres, de se faire une place dans son quartier mais surtout au milieu de gens bourrés de préjugés. Pour ne pas perdre les souvenirs de son pays et de son passé, il a décidé de « mêler » les us et coutumes de son pays au hip-hop qu’il apprend avec des jeunes de son quartier ou qu’il encontre ça et là rendant son style de danse original et surtout bien à lui.

Vous l’aurez compris, ces 3 personnages sont si différents et pourtant ils vont se lier, se déchirer parfois, s’aimer, s’engueuler et s’éloigner mai pour mieux se retrouver surtout à travers une ultime danse !

J’ai beaucoup apprécié le fait que l’auteur ait écrit son histoire du point de vue des 3 personnages (même si un 4ème narrateur « surprise » fera son apparition à la fin du roman) car cela la rend encore plus intense, on apprend à découvrir les personnages, ça nous aide à comprendre certaines situations mais surtout on comprend comment ils vivent la danse et ce qu’elle leur procure.

Et pour ne rien gâcher, la plume de Jean-Philippe Blondel est moderne, très agréable à lire, rythmée et surtout prenante.

En conclusion je vous conseille juste de vous laisser tenter par ce roman et surtout d’entrez dans la danse mdr

 

Je remercie Actes Sud Junior pour sa confiance et la possibilité qu’ils m’ont donné de découvrir ce roman via NetGalley mais aussi Jean-Philippe Blondel pour ce bon moment de lecture.