Publié dans Chroniques de Miss C., Service Presse, Sharon Kena Editions

Shadows of the past tome 1 : Delayed love de Laura Black chez Sharon Kena Editions

shadow of the past

vecteur calendrier12 décembre 2017

livre-russe-de-rotation-de-pages-boucle-42239691 180 pages

Themes_B Romance Contemporaine – Romance – Érotisme

sk.png

20717-euro-symbol-on-a-shopping-bag1-200x200 6,99 € – Ebook / 11,33 € – Broché

 

 

14922926_10154716934704228_1542764148_o

Les Strawford…

Ils sont riches, intelligents et bénis des Dieux. Pourtant, derrière les faux-semblants, ils cachent une blessure que rien ne parvient à effacer…

Vingt-deux ans plus tôt, suite à l’enlèvement de la plus jeune des sœurs, la famille a sombré dans le chaos. Du jour au lendemain, la mère a disparu, abandonnant ses sept enfants, et le père s’est transformé en un tyran acariâtre.

Samantha Strawford, étouffée par un père abusif, a fini par fuir sa famille. Le malaise cardiaque de son père l’incitera-t-elle à rentrer à Houston ? Pourquoi craint-elle de croiser le chemin de Léo Stavros, le fils de sa belle-mère ? Osera-t-elle reprendre l’enquête concernant la disparition de sa jumelle ?

Blake Strawford, lui, est un séducteur invétéré qui se perd en relations amoureuses sans lendemain. Une seule femme l’a jamais obsédé, mais il la méprise pour son attitude légère. Pourtant, lorsqu’il croise de nouveau Prue Deeppers, il perd pied…

Malgré les ombres du passé, les Strawford accéderont-ils enfin au bonheur ?…

 

Avis Miss C.

Préambule de Miss C :  

Généralement, j’évite les séries par peur de ne jamais arriver au bout… Le troisième tome venant de paraître, je me suis dit que je ne risquais pas grand-chose à débuter celle-ci. Si j’accroche vraiment il me faudra tout de même patienter jusqu’au tome 4 pour avoir le dénouement final ! 

Les personnages  

L’histoire nous plonge dans la famille Strawford, comme elle nous plongerait dans la famille Ewing (Dallas) ou la famille Newman (Feux de l’amour). 

Le patriarche Caleb, compte quatre enfants d’un premier mariage (mais de ses filles disparaîtra enfant) et trois autre d’un second lit. 

Autoritaire et inflexible, il tiendra cette fratrie d’une main de fer jusqu’à ce qu’une attaque cardiaque l’écarte.  

Dans ce tome nous suivrons surtout les pas de Samantha (l’une des deux jumelles rescapées du kidnapping) et Blake son demi-frère devant prendre la tête de l’affaire familiale.  

Comme leurs frères et sœurs, ils dissimulent des blessures secrètes. L’incapacité momentanée de leur père fait voler en éclats certaines certitudes. C’est surtout l’occasion pour eux de s’échapper à sa domination. 

Les autres membres de la fratrie, s’ils ont moins d’importance dans ce livre, ont tous de même voix au chapitre. Il est certain que chacun à leur tour ils trouveront leur place dans les tomes suivants. 

Celui-ci tourne surtout autour de l’enlèvement des jumelles Elisha et Samantha dont seule la dernière en réchappera. Le sujet est tabou dans la famille malgré le séisme qu’il a causé. Et qu’il cause encore vingt-deux ans après. On pourrait croire que le dossier est clos mais ce n’est pas le cas…  

Le style :  

Laura Black sait parfaitement utiliser sa plume pour décrire les ambiances et surtout les sentiments. Grace à son style les personnages deviennent aussi fragile qu’attachants. 

L’auteur 

Je découvre une auteure qui écrit pour les éditions Sharon Kena, Addictives et aussi HQN. 

Comme elle le dit elle-même elle refuse de se cantonner à un univers en particulier. Aussi elle compte à son actif des romans se déroulant dans l’univers des Bikers, de la fantasy ou de l’historique.  

J’ai aimé 

L’imagination de Laura Black, sans conteste ! Quel tour de force de mener de front la vie tumultueuse des nombreux personnages de cette saga. On accroche vite au suspense qu’elle sait distiller. 

J’ai moins aimé 

J’espère que l’auteure continuera à me faire tourner les pages de ses prochains tomes. C’est souvent le point faible des sagas. 

 

Une lecture agréable avec un suspense. 

Le blog remercie son partenaire Sharon Kena Editions pour sa confiance et ce sp ainsi que l’auteure Laura Black pour l’agréable moment de lecture de Miss C.

Publié dans Chroniques de Miss C., Editions Addictives, Service Presse

Mariage forcé: Un contrat indécent de Caroline Mongas aux Editions Addictives

mariage forcé

vecteur calendrier21 novembre 2019

livre-russe-de-rotation-de-pages-boucle-42239691  405 pages

Themes_B Romance historique – Mariage forcé – Complot – Cavale – 17ème siècle – Cour de Versailles

13043675_1171013972932265_6539518305321662523_n Editions Addictives

20717-euro-symbol-on-a-shopping-bag1-200x200 4,99 € – Ebook / 15,90 € – Broché

 

 

14922926_10154716934704228_1542764148_o

Il la désire, il la veut… il l’aura. A la mort de son père, le marquis de Verneuil, Diane voit sa vie basculer. Son frère Louis et elle découvrent que la famille est criblée de dettes. Dans une ultime tentative pour renflouer les caisses, dévoré par la fièvre du jeu, Louis organise des tournois de cartes où il perd des sommes colossales face au duc Gabriel de Keyrac… jusqu’à parier la main de sa soeur. Horrifiée, Diane se voit contrainte d’épouser Gabriel, le Duc noir : chassé de la cour de Versailles, balafré, impressionnant, froid et cynique, il est tout l’inverse du mari idéal. Le Duc joue avec Diane comme un chat avec une souris, l’effraie autant qu’il l’intrigue… et l’attire ! Et si cette union forcée était la clé de sa liberté et de son bonheur ?

 

Avis Miss C.

Préambule de Miss C :

Ayant déjà lu Caroline Mongas, je savais d’avance que je ne serais pas déçu par sa belle plume. Qui plus est, j’avais envie de la retrouver dans un registre historique.

Précisions de Miss C  (attention risque de spoil !!):

Dès le début je n’ai pas pu m’empêcher de faire le parallèle entre l’histoire de Diane et celle d’Angélique Marquise des Anges d’Anne Golon.

En effet, Diane et Angélique viennent d’une famille d’aristocrates ruinée. Pour « sauver les meubles » ont les marie toutes deux sans leur demander leur avis. L’une à Gabriel de Keyrac et l’autre à Geoffrey de Peyrac (hum hum…). Les deux hommes de fictions trainent derrière eux une réputation aussi noire que sulfureuse… Les correspondances s’enchainent : tous deux sont fortunés et portent une balafre sur le visage.

Mariées par procuration, les deux héroïnes redouteront un temps leur époux avant de découvrir qu’ils ne méritent pas cette mauvaise réputation et qu’ils cultivent même. D’ailleurs par délicatesse, ni Gabriel ni Geoffrey ne partageront le lit de leur femme lors de leur nuit de noces. Ils attendront qu’elles soient consentantes. Et bien sûr, en apprenant à connaitre leur étrange mari, elles le deviendront…

Les coïncidences ne s’arrêtent pas là.

Sous les ors de Versailles, Louis XVI trouvera Diane aussi désirable qu’Angélique. Il convoitera les deux héroïnes. Au point de compromettre leur époux. L’un et l’autre seront enfermés à la Bastille. Et la condition pour les en faire sortir sera de céder aux avances du roi…

Et je vais m’arrêter là !

Les personnages

Diane est une héroïne attachante. En effet, bien que noble sa tendance à la rébellion en fait un personnage intéressant. Moderne pour son époque, on a envie d’être sa complice et son amie. Malgré la violence des sentiments qu’elle éprouve, elle sait se maitriser et s’adapter à la situation. Le courage et la force sont indiscutablement ses points forts.

Gabriel se complait dans son image d’ange noir. Mais ce n’est qu’une façade. Ses ambitions dépassent sa simple fortune. Il connait les enjeux politique de la France sous Louis XIV, sans forcément les cautionner. Devinant les intrigues qui se nouent et qui l’enserrent, il dégage une forme de nostalgie. 

Le style :

Sans conteste le style fluide de Caroline Mongas est son point fort ! Elle sait décrire les émotions de ses personnages mais aussi les décors fastueux de l’époque. L’auteure sait décrire cette période avec facilité. Rien de pompeux, ni d’exagéré. L’ensemble est très abordable et imagé.

L’auteur

Caroline Mongas a plus d’une plume à son arc. Elle n’écrit pas que des romans (historique ou contemporain), elle rédige également des nouvelles pour plusieurs magazines (dont « Nous Deux »). De plus, elle écrit pour un public plus jeune (enfant/adolescents). 

J’ai aimé

L’énergie que Caroline Mongas a mise dans son héroïne Diane. Cette dernière embarque la lectrice dans ses péripéties, aidé par le style fluide de l’auteure. 

J’ai moins aimé

Si vous n’êtes pas fan d’Angélique Marquise des Anges, peut-être n’apprécierez-vous pas ce livre…

 

Une lecture accessible riche en rebondissement.

 

Le blog remercie son partenaire Les Editions Addictives pour  sa confiance et ce sp ainsi que Caroline Mongas pour le bon moment de lecture de Miss C.

Publié dans Chroniques de Miss C., Evidence Editions, Service Presse

Les nouvelles aventures de Carnacki Saison 1 de Frédéric Livyns chez Evidence Editions

Les nouvelles aventures de Carnacki Saison 1

vecteur calendrier22 novembre 2019

livre-russe-de-rotation-de-pages-boucle-42239691 188 pages

Themes_B Fantastique – Horreur – Créatures surnaturelles – Enquête paranormale

EE

20717-euro-symbol-on-a-shopping-bag1-200x200 7,99 € – Ebook

 

 

14922926_10154716934704228_1542764148_o

Carnacki, le légendaire détective du surnaturel créé par William Hope Hodgson revient dans de nouvelles aventures.

À travers les six épisodes de cette première saison, vous vous mesurerez, avec lui, à de démoniaques entités qui vous feront passer des nuits blanches.

 

Avis Miss C.

Préambule de Miss C : 

J’ai choisi ce roman un peu par hasard. L’envie m’a prise de changer de registre et de m’aventurer vers de nouvelles lectures. 

Je confesse ne même pas connaitre l’auteur avant de choisir ce livre et avoir à peine survoler le résumé. Aussi je ne m’attendais à trouver plusieurs nouvelles les unes à la suite des autres, totalement indépendantes. Pas plus que je ne m’imaginais lire du surnaturel. Ce n’est pas mon genre de prédilection. En effet, les rares fois où j’y ai fait une incursion j’ai souvent été déçu (soit trop « gore » soit trop tiré par les cheveux). 

 

Précisions de Miss C : 

Thomas Carnacki est un personnage de fiction, créé à l’origine par William Hope Hodgson (un écrivain anglais de nouvelles et de romans fantastiques.). Ce dernier publiera plusieurs histoires entre 1910 et 1912. 

Si dans le texte de Frédéric Livyns, on ne trouve aucune référence au temps, il semblerait que l’intrigue se déroule au siècle dernier. 

 

Les personnages 

Nous suivons le personnage principal Thomas Carnacki, une sorte de dandy manifestement assez aisé et instruit. Il vit à Londres mais se déplace dans toute l’Angleterre en fonction de ses « missions ». C’est dans son appartement cossu autour d’un bon repas qu’il reçoit ses amis pour leur raconter ses aventures. 

Ces derniers sont friands de ces péripéties surnaturelles et rentrent chez eux à chaque fois ébranlés par ces récits. Il faut avouer que Carnacki sait captiver son auditoire en ménageant le suspense. 

 

L’histoire 

Ce n’est pas une mais plusieurs histoires qui vous emmèneront aux confins du surnaturel. Maison hantée, personnes possédée… Chaque intrigue se passe dans un lieu qui a connu l’atroce. Seulement, on se rend compte que l’homme est bien plus abject que les créatures fantastiques venues des enfers. Derrière chaque démon se cache l’âme corrompue d’un être humain. 

 

Le style : 

Frédéric Livyns possède un langage soutenu avec un vocabulaire recherché. Néanmoins l’ensemble est fluide et les pages se tournent facilement. En quelques phrases, le décor (et surtout l’atmosphère) est posée. 

J’ai noté quelques répétitions (histoire de vraiment dire quelque chose…) 

Le talent de l’auteur est de narrer une scène effrayante sans toutefois décrire les monstres que doit affronter son personnage. Il évoquera des ombres, des bruits de reptation, des cris inhumains, des effluves nauséabonds… 

Frédéric Livyns sait parler à notre imagination. 

 

L’auteur 

Il est né en Belgique où il vit avec sa femme et ses enfants. Il écrit d’ailleurs des contes fantastiques pour les plus jeunes. 

Il s’intéresse tôt la littérature fantastique et de science-fiction, pour finir par en écrire à son tour. 

Possédant d’autres cordes à son arc comme chroniqueur pour des magazines culturels, directeur de collections chez plusieurs maison d’éditions, co scénariste, il a aussi remporté plusieurs prix littéraires. 

 

J’ai aimé 

Ces nouvelles, reflet d’une autre époque, sont assez modernes et totalement accessibles. On y trouve le flegme britannique (bien salutaire quand les éléments se déchainent autour du héros !), assez de frayeurs pour ne pas tenter de lire le soir venu mais suffisamment pour reprendre sa lecture dès les premiers rayons de soleil ! 

 

J’ai moins aimé 

Que ce soit trop court ^^ 

  

Une lecture abordable qui a tenu ses promesses. 

 

Le blog remercie son partenaire Evidence Editions pour sa confiance et ce sp ainsi que Frédéric Livyns pour le bon moment de lecture de Miss C.

Publié dans Chroniques de Miss C., Editions Addictives, Service Presse

Mariée par accident à un connard arrogant rencontré la veille… d’Ella Lores aux Editions Addictives (by Miss C.)

Mariée par accident

vecteur calendrier2 septembre 2019

livre-russe-de-rotation-de-pages-boucle-42239691  628 pages

Themes_B New romance – New Adult – Amour – Roman à suspense

13043675_1171013972932265_6539518305321662523_n Editions Addictives

20717-euro-symbol-on-a-shopping-bag1-200x200 9,99 € Ebook / 17,90 € – Broché

 

 

14922926_10154716934704228_1542764148_o

Un roman teinté de suspense, de sensualité et de tendresse…

Hace O’Keefe, chanteur et acteur de renommée interplanétaire, est connu pour ses frasques et ses soirées déjantées. Les fans l’adorent, les femmes crient son prénom et ses concerts affichent complet des mois à l’avance. Il a tout pour lui, ou presque. En coulisses, sa vie est bien plus compliquée qu’on ne le croit. Dernier problème en date ? Lisandrina. Jeune, magnifique, française… et mariée à lui après une soirée beaucoup trop alcoolisée à Vegas ! Elle panique, lui aussi… Et si finalement ce mariage inattendu était exactement ce qu’il lui fallait ?

Mariée par accident à un connard arrogant rencontré la veille… a précédemment été publié sous le titre Sexy Wedding : Faux mariage & vrai désir.

 

miss c.

Les personnages 

L’auteure nous raconte l’histoire à la première personne, du point de vue de Lisandrina dite Lizzie ou Lisa.  

D’abord, Lisa est Corse et elle travaille à Las Vegas où elle guide touristique. Nous avons d’ailleurs droit à de belles descriptions de son île et du Nevada. Assez réservée, indépendante et pourtant pleine de répartie, c’est une jeune femme pleine de principes et de valeurs.   

Ensuite, Hace est LE chanteur/acteur américain du moment. Malgré son staff qui gravite autour de lui, c’est un personnage assez solitaire, voire de renfermé pour quelqu’un de si célèbre. Il se révèle très touchant dans sa conception de la famille. 

S’ils se sont réveillés amnésiques mariés et dans le même lit, il n’en reste pas moins que leur relation sont pleines de tâtonnement et d’hésitations au début. N’ayant que le point de vue de Lisa qui en pince pour son idole de « mari », il est parfois difficile de connaitre les pensées de ce dernier. 

Les personnages secondaires accompagnent nos héros dans ce récit, servant un peu de faire valoir et permettant de mieux comprendre leur psychologie. Reste le « méchant » une fan jugée dangereuse et menaçante…   

L’histoire 

Les deux personnages se retrouvent sans un souvenir dans la luxueuse suite de Hace, visiblement après une nuit torride. Passé la stupeur et la contrariété, ces deux-là mènent l’enquête sur ce qui leur est arrivé.

A leur réveil, ils ne sont pas satisfaits d’être mariés mais n’envisagent pas de divorcer. D’abord il faut résoudre cette énigme à laquelle s’ajouteront d’autres rebondissements. Et il y en aura quelques-uns durant les sept cent pages du livre… Sans elles, ce roman pourrait s’arrêter là et être un énième bouquin sur les mariages rapides à Las Vegas.   

L’auteure 

Ella Lores est un pseudo d’une auteure très simple, sympathique et abordable. C’est son premier livre chez Addictives. Avec un « vrai travail » dans sa « vraie vie », il faudra être patient pour lire le nouveau manuscrit qu’elle écrit.   

Comme beaucoup de roman chez Addictives, la narration est à la première personne. Le style est simple, facile à lire sans trop d’adjectif ni de longue phrase. Ella Lores écrit comme on raconterait à sa copine.  

J’ai aimé 

L’auteure possède une plume très légère qui se lit sans effort. Elle a à cœur de transmettre les traditions auxquelles elle croit. On sent également à travers son récit tout son amour pour les paysages grandioses (que ce soit sur la tout petite Ile de Beauté ou le gigantesque Grand Canyon..  

J’ai moins aimé 

J’ai aussi parfois peiné sur les longueurs et les digressions inutiles. Il m’a manqué une petite étincelle de folie alors que tous les éléments sont réunis dans ce livre. 

  

En conclusion, une lecture facile ponctuée de rebondissements. 

 

Le blog remercie son partenaire Les Editions Addictives pour sa confiance et ce sp ainsi que l’auteure Ella Lores pour ce moment de lecture passé par Miss C.

 

 

 

Publié dans Chroniques de Miss C., Editions Addictives, Service Presse

10 bonnes raisons de te détester d’Emma Green aux Editions Addictives (by Miss C.)

10 bonnes raisons de te détester

vecteur calendrier14 août 2019

livre-russe-de-rotation-de-pages-boucle-42239691 348 pages

Themes_B Romance Contemporaine – Hawaï – Écologie – Enfants

13043675_1171013972932265_6539518305321662523_n Editions Addictives

20717-euro-symbol-on-a-shopping-bag1-200x200 7,99 € – Ebook

 

 

14922926_10154716934704228_1542764148_o

Ils ne devaient jamais se revoir.
Ils sont liés pour toujours.

Art Pearson a deux amours dans la vie : son île du Pacifique et l’hôtel paradisiaque qu’il a bâti en partant de rien. L’engagement, la famille, ça n’a jamais fait partie de ses plans.
Pourtant, son passé le rattrape sept ans après une nuit torride et sans lendemain : une jeune Française vient de débarquer à Hawaï, avec ses jumeaux et son sale caractère, prête à piétiner tous les châteaux de sable sur son passage.
Entre le bad guy sans attache et la mère célibataire, le paradis sur terre pourrait bien tourner à l’enfer.

 

Avis de Miss C

Les personnages

Les auteures nous proposent une histoire racontée à la première personne, avec une alternance de point de vue. 

D’abord, Gabrielle (dit Gaby ou le cyclone), une jeune maman de jumeaux (une fille et un garçon, le choix du roi !) dynamique, têtue voire butée. Elle donne l’impression d’être au bord du burn-out à devoir gérer ses gamins. Bien sûr, c’est un roman ; aussi même si elle dépassée par les facéties des petits, elle gère et ça donne lieu à des scènes cocasses. 

Artur (dit Art ou le volcan) construit des lodges écolos à Hawaii pour les touristes. Le décor est planté. Célibataire, ne pensant qu’à l’avenir de son entreprise et ses mensualités de crédit à rembourser tout en minimisant l’impact carbone sur la planète.   

Chacun possède un fort tempérament et campe sur ses positions. Ils s’opposent et se chamaillent. Ce qui donne lieu à des échanges assez vifs !   

Si les personnages principaux sont bien campés et tout en contraste. Les personnages secondaires frôlent la caricature. On a droit à l’ex d’Art, une bombe toujours bien présente dans l’environnement de ce dernier (elle possède un hôtel de luxe juste à côté) et au frère homosexuel de Gaby très investis dans l’éducation de ses neveux (il est prof). 

 

L’histoire

Après une seule nuit avec Artur et malgré les capotes, Gabrielle est tombée enceinte. Elle garde ses jumeaux et les élève seule. 

Les enfants sont attachants mais perturbés : la petite Hermione jacasse et virevolte sans fin alors que son frère Sirius reste mutique. Après de longues recherches, Gabrielle retrouve leur père et débarque chez lui à Hawaii sans prévenir. Et y reste des semaines en espérant que le papa se fasse à l’idée qu’il possède maintenant une famille. 

Un mec normal l’aurait fichu dehors par le premier avion avec (ou sans) un chèque pour la pension (il faut dire qu’une fille normale n’aurait pas osé chambouler ainsi sa vie, surtout au bout de tant d’année !) 

Pas Art. Les jumeaux l’émeuvent. Surtout Sirius qui lui rappelle son propre jumeau (on comprend que mieux la loi de la génétique là…) 

 

L’auteur

Derrière le pseudo d’Emma Green se cache deux auteurs, même si ce n’est un secret pour personne aujourd’hui. A raison de presque un livre par mois, elles font les beaux jours des Editions Addicitves. 

Les auteurs ont une prédilection pour l’écriture à la première personne. Elles affectionnent les phrases longues, les adjectifs et les comparaisons pour immerger la lectrice dans le récit. Leur talent est de manipuler les phrases pour éviter toute lourdeur. 

 

J’ai aimé

Elles maîtrisent la description des émotions, des sensations et des dialogues piquants. L’ensemble est jubilatoire. 

 

J’ai moins aimé

Même si l’intrigue se déroule à Hawaii, je n’ai pas été dépaysée (un si bel écrin !) l’histoire étant focalisée sur les personnages. 

J’ai eu un peu du mal avec cette maman qui plaque tout pour embarquer ses jumeaux à l’autre bout de la planète sans plan B. 

 

En conclusion

Une lecture agréable, bien racontée, drôle et émouvante. 

 

 

Le blog remercie son partenaire Les Editions Addictives pour sa confiance et ce sp ainsi que les auteures Emma Green pour le bon moment de lecture passé par Miss C.

Publié dans Chroniques de Miss C., MA Next Romance, Service Presse

Lord of Egypt : Le ciel de Nout de Ena Fitzbel chez MA Next Romance

lord-of-egypt-1199426-264-432

vecteur calendrier4 juin 2019

livre-russe-de-rotation-de-pages-boucle-42239691

Themes_B Romance – Aventures et passions – Romance historique – Romance érotique –Aristocratie Anglaise – Époque victorienne

MA Next Romance MA Next Romance

20717-euro-symbol-on-a-shopping-bag1-200x200 7,99 € – Ebook

 

14922926_10154716934704228_1542764148_o

Ariane Cravendish n’est plus la discrète et flegmatique aristocrate anglaise que Lord Timothy Fentington a connue. Travestie en homme, bravant les interdits que cette fin de XIXe siècle lui impose, elle débarque en Égypte pour rapatrier son frère Adonis, un archéologue très gravement malade. C’est alors qu’elle retrouve Timothy, égyptologue et séducteur toujours aussi peu soucieux des conventions.
Submergée d’émotions contradictoires, la belle rousse de 29 ans découvre tout à la fois les mystères de l’Égypte et les plaisirs sensuels avec celui dont elle fera son amant. Pendant ce temps, Nout, la nymphe de l’ancienne Égypte, et son scarabée bleu défient les lois du temps et envoûtent les hommes ! Adonis est l’une de ses proies. Parviendra-t-il à comprendre ce qu’elle cherche ? Sa survie en dépend.

 

Avis de Miss C

Les personnages

L’histoire tourne autour d’Adonis venu en Egypte avec son père, Ariane sa sœur partie d’Angleterre pour les rejoindre et Timothy le meilleur ami d’Adonis et ancien persécuteur d’Ariane durant leur adolescence.

Piliers de l’histoires, ils ont tous les trois une forte personnalité, pas mal de répartie et aussi, dans le fond, beaucoup d’affection les uns pour les autres.

Chacun à son tour s’exprime avec sa propre voix, exposant ses craintes et ses aspirations. A ce sujet, personne n’a sa langue dans sa poche et tous s’expriment de façon directe et sans concession.

L’histoire fait également la part belle aux personnages secondaire : Nout qui vient visiter Adonis en rêve, le père de ce dernier, le serviteur de Timothy et Glaser l’archéologue rival. Chacun apporte sa pierre à l’édifice et met en valeur les trois héros.

L’histoire

Ena nous raconte une quête, celle personnelle de chacun des personnages principaux et celle amenant au dénouement de l’intrigue.

La situation initiale semble inextricable : Adonis est plongé dans une profonde léthargie, son père disparu est considéré comme mort et Ariane n’a d’autre choix que de ramener son frère en Angleterre si elle ne veut pas être expulsée de son propre château.

Pourtant, chacun prend son destin à bras le corps et refuse la fatalité.

L’auteur

Ena Fitzbel est un bourreau de travail ! En parallèle à son « vrai » boulot, elle enchaîne les romans.

Très consciencieuse, elle les écrit, les relit et les corrige jusqu’à ce qu’elle en soit satisfaite.

C’est aussi une auteur polyvalente éditée chez Albin Michel et les Editions Addictives mais également en auto éditions.

Présente sur les réseaux sociaux ,elle est aussi souvent disponible pour ses lectrices lors des salons.

Ena est une personne attachante et courageuse comme Ariane son héroïne.

Concernant ce livre, le style de l’auteur est très surprenant. En effet, la narration est la première personne avec un langage soutenu et des termes en relation avec la fin du 19éme siècle (période durant laquelle se déroule l’intrigue). On pourrait imaginer que le résultat soit un peu suranné. En réalité : pas du tout car les personnages ont un franc parler qui amène beaucoup de fraîcheur à l’histoire.

La force de Ena Fitzbel réside dans son vocabulaire particulièrement fourni : pas de répétition, tout est parfaitement décrit, sans surcharge.

J’ai aimé

J’avoue j’ai un faible pour l’Egypte des pharaons, j’étais conquise d’avance !

J’ai été agréable surprise également par la qualité des recherches faites par l’auteure. Son histoire est calquée sur une réalité historique et le lecteur peut ainsi découvrir de façon ludique l’Egypte de 1882 et du deuxième millénaire avant JC.

De très belle qualité, la couverture de ce livre m’a beaucoup plu. Je pense qu’on y retrouve toute la puissance d’Albin Michel derrière. Elle reflète parfaitement un aspect de l’histoire.

J’ai moins aimé

Je ne suis pas fan des titres en anglais. Néanmoins, il permet un judicieux décalage par rapport à l’image de couverture intriguant ainsi le lecteur.

Pour ma part, je n’ai pas raffolé des nombreuses scènes se déroulant au lit. Passée la première moitié du livre, j’ai zappé ces passages. Ce n’est pas dû à la qualité du texte, c’est juste que pour moi il y en avait trop. D’autres apprécieront certainement.

Les talents d’Ena Fitzbel son multiples : une belle histoire parfaitement racontée avec un vocabulaire admirablement maîtrisé.

Le blog remercie son partenaire MA Next Romance pour sa confiance et ce sp mais aussi Ena Fitzbel pour le beau moment de lecture de notre Miss C.

Publié dans Chroniques de Miss C., Hachette &moi

Preload tome 1 : Te regarder danser de Scarlett Cole chez Hachette – Collection &Moi

preload-tome-1-te-regarder-danser-1137427-264-432.jpg

vecteur calendrier9 janvier 2019

livre-russe-de-rotation-de-pages-boucle-42239691 221 pages

Themes_B Groupe de rock – Danseuse étoile – Spin-off – Romance Contemporaine – Famille d’accueil – New Adult

Aucune description de photo disponible. Hachette

20717-euro-symbol-on-a-shopping-bag1-200x200 8,99 € – Ebook / 14,90 € – Broché

 

 

14922926_10154716934704228_1542764148_o

Bassiste de Preload, adulé par les fans, convoité par les filles, Jordan a tout pour lui. Il n’arrive pourtant pas à se défaire de ses angoisses existentielles, liées aux blessures de son enfance. Lorsqu’il voit danser Alexandra à travers la fenêtre de l’Opéra national, il est aussitôt envoûté. Mais rien n’est facile non plus pour la jolie ballerine, promise à une brillante carrière au prix de nombreux sacrifices.
Ils viennent de mondes différents, ils sont tous les deux tourmentés, mais ensemble, les obstacles ne semblent plus si insurmontables.

 

Avis de Miss C

Les personnages 

Jordan est incarne le bad boy, tatoué au passé douloureux. En effet, ses parents préféraient la drogue à la joie d’une vie de famille. Il restera longtemps enfermé dans le grenier, plus mal traité qu’un chien. 

On s’en doute, il en gardera de lourdes séquelles. Étonnamment, son obsession est de protéger les membres de son groupe de musique. Ces derniers sont des rescapés, comme lui. 

Pour ma part j’ai trouvé que si l’auteur avait forcé le trait sur les maltraitances qu’il avait subi dans son enfance, il en ressort somme toute un personnage assez équilibré qui à part coucher avec ses groupies n’a aucun vice… 

Aleksandra dite Lexi est danseuse classique et s’entraîne dur, très surveillée par son père, une ancienne gloire du ballet russe. Ce dernier contrôle aussi bien ses prestations que son alimentation. Un vrai tyran domestique. Si la danse est sa passion, sa vision de l’avenir diffère celui de son père et le véritable point d’achoppement est la mort de la mère de Lexi. Elle en souffre d’autant plus que son père utilise ce triste événement comme moyen de pression. Inutile de dire combien l’atmosphère est pesante entre eux ! 

Les personnages secondaires occupent leur place en retrait et on devine que chacun sera l’objet d’un nouvel opus de l’auteur. De mon point de vue, ils apportent peu de chose à l’histoire. 

L’histoire 

Il s’agit du premier tome de la série « Preload », traduit de l’anglais pour la collection &Moi. 

Bien sûr Jordan et Lexi non rien en commun et n’aurait jamais dû se rencontrer. 

Leur premier point commun réside dans leur vie compliquée Jordan s’en est sorti malgré son enfance malheureuse, Lexi parait avoir tout pour être heureuse mais souffre du carcan qu’est devenue sa vie. 

Le second point commun est la musique : Jordan la compose et Lexi danse dessus. Tous deux expriment leurs sentiments grâce à la musique. 

De douloureuses épreuves émailleront leur histoire. Lexi étant celle qui en payera le plus lourd tribut. 

L’auteur 

Scarlett Cole a eu plusieurs existences avant de vivre de sa passion. Si elle est née en Angleterre elle a travaillé aux États-Unis et au Japon, avant de finir au Canada, où elle a rencontré son mari. A noter justement que la série Preload s’y déroule. 

Avant d’écrire, Scarlett a été cadre dans une grande entreprise. Son ordinateur regorge de début de manuscrits parait-il… 

Son style est simple. Elle sait aborder les grands sentiments comme la vie au quotidien. 

Les sujets graves abordés dans ce livre ont été traité sans façon, aucun misérabilisme ni lyrisme. 

J’ai aimé 

J’ai apprécié le personnage de Lexi que j’ai trouvé plus réaliste et, étrangement, plus en souffrance que Jordan. L’auteur nous décrit une jeune femme coincée entre son père tyrannique, les exigence physiques et morales de la danse classique, ses perspectives d’avenir… Même son poids devient un problème. Pourtant elle s’investit entièrement dans sa relation avec Jordan. Elle ose leur donner une chance malgré les obstacles se dressant entre eux. 

J’ai moins aimé

Je ne parlerais pas de la couverture où Jordan apparaît sans ses tatouages et où Lexi ressemble à un cygne blessé… 

Si l’histoire est belle, elle ne m’a pas touché. J’ai tourné les pages, sans surprise et peu d’émotion. 

 

Ce livre conviendra aux amatrices de chanteur bad-boy tatoué qui, en fin de compte, se révélèrent être des princes charmant sous leur blouson noir ! 

Publié dans Chroniques de Miss C., Service Presse

Opération Mariagicide de Théo Lemattre

Opération mariagicide (une romance pour Noël) par [Lemattre, Théo]

vecteur calendrier29 novembre 2018

livre-russe-de-rotation-de-pages-boucle-42239691 180 pages

Themes_B Humour – Comédie – Romance – Mariage – Noël

auto-édition

20717-euro-symbol-on-a-shopping-bag1-200x200 2,99 € – Ebook / 9,99 € – Broché

 

 

14922926_10154716934704228_1542764148_o

Juliette mène une existence paisible de fille gentille sur laquelle tout le monde marche.

Sa passivité et sa timidité maladive ne la dérangent pas plus que ça dans la vie, jusqu’au jour où… tout a basculé.

Lorsque Juliette lit ce mail, ses certitudes s’éteignent et laissent place à un océan de doute. Samuel, son coup de coeur depuis toujours, s’apprête à se marier avec Andy, sa grande et parfaite rivale. À partir de là, elle en est certaine, elle va passer le pire Noël de sa vie.

Cela aurait pu être le cas sans l’intervention de ses deux meilleurs amis : Mattéo et Anaïs. Ces trois introvertis, habitués à se faire marcher dessus, décident tout à coup de se rebeller et, pour une fois, de faire quelque chose de dingue dans leurs vies.

Ensemble, ils montent le coup le plus audacieux et le plus tordu qui soit : l’opération Mariagicide.

 

Avis de Miss C

Les personnages 

Cette histoire racontée à la troisième personne narre les péripéties de Juliette une jeune femme « normale » apprenant que l’homme sur lequel elle fantasme depuis la fac va se marier. 

Juliette a un travail, un appartement, deux amis fidèles et c’est à peu près tout ! Mais au fil des pages, on réalise que c’est déjà beaucoup. 

Juliette n’est finalement pas si timide, il faudra juste qu’elle se révèle à elle-même. Les circonstances l’y pousseront. 

Il y a Anaïs, sa meilleure amie et collègue, amatrice de réseaux sociaux et de people. Puis Mattéo, son meilleur ami et collègue, le complice. On se rend compte à ce niveau que le réseau est restreint, que l’histoire se jouera comme un vaudeville en vase cols. 

Ses trois-là, vont s’embarquer plus ou moins volontiers dans un projet fou ; faire capoter un mariage. 

Anaïs et Mattéo sont bien plus que des personnages secondaires. Ils ont une part importante dans l’intrigue et en sont même d’une certaine façon les déclencheurs. Pas mal pour des personnages que le résumé nous dépeints comme « introvertis » ! 

Quant à Samuel le futur marié, l’objet des fantasmes de Juliette, on peut très justement le réduire à… un fantasme. Une image rêvée. 

Pour Andy, la future épouse, l’auteur voudrait nous la dépeindre comme une peste, puisque jalousée par notre héroïne. Mais je l’ai trouvé aussi normale sans véritable aspérité ni faille. 

L’histoire 

Le résumé illustre parfaitement l’intrigue : comment trois amis vont mettre en place un plan, assez loufoque, il faut avouer, pour faire capoter un beau mariage. C’est le prétexte à des situations bien loufoques. Même si tout est saugrenu, les péripéties n’en reste pas moins crédibles. Ce qui permet de rentrer parfaitement dans l’histoire. 

De plus même si la fin est prévisible elle n’en est pas moins bien amenée, sans guimauve ni gnagnanterie. 

L’auteur 

Je ne connais pas Téo Lemattre. Mais je trouvais intéressant de lire une romance écrite par un garçon. J’ai bien aimé ces citations de « L’art de la guerre » attribué à Sun Zi , car elles illustraient parfaitement l’état d’esprits de cette opération. 

Le style de l’auteur est assez drôle, teinté de pragmatisme. Le mélange de personnages attachants et réalistes à des situations cocasses rend le livre très facile à lire. Ce pourrait être l’histoire de « mademoiselle tout le monde », capable de commettre des choses peu avouables à cause du mariage de l’homme qu’elle croit aimer. Je ne dis pas qu’on pourrait passer à l’acte, je dis juste qu’on y à tous pensé. Et Théo l’a écrit. 

J’ai aimé 

J’ai aimé la manière dont l’auteur nous amène dans son histoire. Une intrigue simple mais racontée avec un langage, soigné saupoudré de culture. Peut être le décalage entre cette intrigue « banale » et la façon « savante » dont elle racontée qui m’a plu. 

J’ai moins aimé

Les sentiments de Juliette auraient gagné à être approfondi. Si on sait ce qu’elle pense, on ne « vibre » pas avec elle. On est parfois à la limite des amourettes de collège. Mais je crois que Théo début dans la romance. Il serait intéressant de suivre l’évolution de son style. 

 

Pour ma part, ce fut une lecture agréable.   

 

Le blog remercie Théo Lemattre pour sa confiance et ce sp.

 

 

 

Publié dans Chroniques de Miss C., Editions Addictives, Service Presse

Alpha player de Julie Huleux aux Editions Addictives

alpha player

vecteur calendrier23 octobre 2018

livre-russe-de-rotation-de-pages-boucle-42239691 391 pages

Themes_B Boxe – Contrat – Jeux Olympiques – Amour – Romance – Littérature sentimentale

13043675_1171013972932265_6539518305321662523_n Editions Addictives

20717-euro-symbol-on-a-shopping-bag1-200x200 4,99 € – Ebook

 

 

14922926_10154716934704228_1542764148_o

Camille a joué beaucoup de rôles dans sa vie. Mais « fausse fiancée pour boxeur arrogant », c’est une première !
Elle devrait refuser cette proposition et ne pas suivre Jared aux États-Unis, elle le sait. Mais si elle reste, elle sera à la merci de son ex, et elle a bien trop peur de lui pour ça.
Alors après tout, changer de continent, c’est une bonne idée, et puis le sourire charmeur de Jared est irrésistible.
Sauf que le bad boy de la boxe souffle le chaud et le froid, prend un malin plaisir à contrarier tous les plans de Camille, il la rend folle !
Mais ce n’est qu’un rôle, après tout, c’est pour de faux.
Pas vrai ?

 

Avis de Miss C

Les personnages 

Dans cette histoire racontée à la première personne, Camille, est une étudiante insouciante à qui la vie semble sourire. L’héroïne du livre est d’emblée sympathique, bien dans son époque, attentive aux autres. Seulement, on comprend rapidement qu’elle traîne avec elle quelques fardeaux. Il ne s’agit pas de véritables failles mais plutôt de complexes et d’incompréhensions liée aux non-dits. Le lecteur la verra évoluer et s’épanouir. 

  Jared Stak dit Iron : (on fantasme rien qu’à son nom !) est boxeur professionnel. Le physique est l’avenant ! Si l’auteure nous le vend au début comme une tête brûlée, il n’en est pas moins gentleman, voire chevalier servant, à ses heures. Et contrairement à ce que laisse penser la couverture, il n’a pas un seul tatouage sur le corps ! 

  Zoé, la meilleure amie de Camille, est un peu son Jiminy Cricket version 2018. La bonne copine qui vous pousse à profiter de la vie, tant que c’est légal ! Mais au-delà de la bonne copine et aussi colocataire, Zoé se révélera être un véritable pilier pour son amie. 

  Les personnages secondaires ont toute leur place dans cette histoire. Ils la rythment pour ne laisser aucun temps mort. Chacun entre en scène jouant son rôle comme dans une pièce de théâtre parfaitement orchestrée. 

L’histoire 

Ce soir-là, Camille voit tous ses rêves se réaliser : elle acceptée dans une prestigieuse école de théâtre et rencontre en boite un inconnu aussi beau que charmant. Le temps d’une nuit, elle touche les étoiles. Mais le réveil est douloureux. Cet homme est Jared un boxeur prometteur et médiatique. Très médiatique ! Comme elle l’apprendra à ses dépens. 

  Sans regret elle le suivra donc à New-York où elle doit y jouer un rôle inédit : celui de la petite amie. Là commence une nouvelle vie autour de la boxe, les entraînements, les vrais et les faux amis. A noter d’ailleurs que l’intrigue compte son lot de méchants ! Le tout émaillé par beaucoup de sensualité, raconté tout en douceur. 

L’auteur 

Julie Huleux est une femme aussi déterminée que son boxeur. Elle a tout plaqué pour se consacrer entièrement à l’écriture. Que ce soit en maison d’édition ou en auto-édition, elle apporte beaucoup de soin à la création de ses personnages mais aussi de ses univers. En effet, les lectrices l’ont découverte grâce à ses romances autour des pompiers et savent également qu’elle partage sa vie avec l’un d’eux. 

Derrière l’auteur, il y a une femme aussi généreuse que féminine, engagée auprès de ses confrères comme en témoigne ses master-class où elle y prodigue ses conseils 

Le style de l’auteure est assez féminin, sans lourdeur, délicat. Elle attache beaucoup de soin à ses héros, retranscrit leurs réactions mais aussi ses réflexions avec un souci du détail. On sent à travers ses phrases qu’elle cisèle son texte pour éviter les répétitions et amener la lectrice dans son univers, jusqu’à l’immerger entièrement. 

J’ai aimé 

Julie a réussi à dépeindre un boxeur sans entrer dans les clichés du bad-boy. Elle a su faire évoluer sa relation avec Camille tout en douceur, sans longueur, presque naturellement. Les scènes sensuelles y sont recherchées, voire raffinée. 

J’ai moins aimé 

Comme souvent dans les romances actuelles, je n’ai accroché ni au titre ni à la couverture. 

Sans spoiler, j’ai trouvé la fin trop « convenue ». Une véritable « happy end » que n’aurait pas reniée Barbara Cartland. 

 

Une belle lecture, avec des rebondissements réguliers permettant à Camille et Jared de construire leur couple. 

 

Le blog remercie son partenaire Les éditions Addictives pour sa confiance et ce sp ainsi que l’auteure Julie Huleux pour le bon moment de lecture de notre Miss C.

 

 

 

Publié dans Chroniques de Miss C., Service Presse, Something Else Editions

Love connection de Sophia DiLorenzo chez Something Else Editions

love-connection-1132926-264-432

vecteur calendrier11 octobre 2018

livre-russe-de-rotation-de-pages-boucle-42239691 78 pages

Themes_B Romance Contemporaine – Littérature sentimentale – Réseaux sociaux

17097237_1317906951626646_855710694520432197_o Something Else Editions

20717-euro-symbol-on-a-shopping-bag1-200x200 2,99 € – Ebook

 

 

14922926_10154716934704228_1542764148_o

Veuve depuis quelques années et plutôt solitaire, Jacqueline reçoit de la visite pour les vacances d’été.

Obnubilé par les réseaux sociaux, son petit-fils lui offre ainsi l’occasion de découvrir les joies d’Internet et de ses moyens de communication.

À la fois intriguée par le concept et audacieuse, elle utilise un subterfuge qui l’amène à discuter avec un jeune et séduisant photographe.

De ces échanges vont naître une belle histoire mais surtout d’inattendus rebondissements…

 

Avis de Miss C

Les personnages

  Dans « Love Connection », on pourrait presque jouer au jeu des sept familles ! En effet, on y trouve :

Jacqueline : la grand-mère

Sabine : la mère

Julien : le petit-fils

Justine : la petite-fille

Christophe : le photographe

  Si la grand-mère, veuve de Christian, est le personnage central de cette histoire chaque membre de la famille y à sa place. Un peu trop à sa place même, jusqu’à frôler la caricature.

Il est vrai que Mamie sent bon « L’air du temps » et cuisine du poulet rôti ou du pot-au-feu.

Bienveillante et s’oubliant dans son veuvage, elle n’en reste pas moins facétieuse, voire puérile.

Maman est rigide, tenant ses grands enfants d’une poigne un peu trop ferme.

Julien et Justine, deux adolescents, à la fois rêveurs et idéalistes.

Chacun reconnaîtra un membre de sa famille et pourra facilement s’y attacher.

  L’histoire

  Julien proche de sa grand-mère communique via facebook avec Christophe, un photographe doué et beau gosse. Jacqueline, irrésistiblement attirée, ne pourra s’empêcher d’échanger avec ce dernier en se faisant passer pour son petit-fils. S’en suivront des quiproquos en cascades.

Les légères tensions déjà présentes au sein de la famille en seront exacerbées. Si chacun sera pousser dans ses retranchements, face à sa véritable personnalité, certain évolueront alors que d’autres camperont sur leurs positions.

On ne peut pas parler de drame familial, l’histoire est trop légère et une péripétie chasse l’autre.

  L’auteur

Je ne connais pas Sophia DiLorenzo.

Il semblerait que ce soit son premier livre sous ce pseudo. J’aurais aimé connaitre son âge et aussi ses sources d’inspiration. En effet, Love Connection tranche sincèrement avec les romances qu’on a l’habitude de lire. C’est d’ailleurs ce qui m’a poussé à lire ce livre et écrire cette chronique.

Néanmoins, on ne peut pas à proprement parler de romance comme le conçoivent les lectrices contemporaines.

  Sophia DiLorenzo nous promène bien loin des sentiers battus : son héroïne est une veuve se laissant prendre au chat sur internet, bouleversant son équilibre familial. Sans aucune scène de sexe, ni introspection des personnages. Un véritable décalage qui a suscité mon intérêt.

  Son style est simple, comme son histoire. Il y a peu de dialogue. L’intrigue coule chroniquement, un rebondissement chassant le précédant. J’ai noté quelques répétitions maladroites. Probablement s’agit-il d’un premier roman ?

Le roman est court et se lit rapidement sans laisser de souvenir impérissable.

  J’ai aimé

L’auteure a traité sans fioriture un sujet original. Une histoire qu’on pourrait qualifier de banale mais qui se lit jusqu’au bout, étayée par des personnages attachants.

 J’ai moins aimé

Trop de simplicité néanmoins m’ont empêché d’adhérer totalement. De plus j’ai relevé quelques incohérences que je pardonne à l’auteure devant s’agir de faute de débutante.

  C’est un roman difficile à classer. Toutefois, je suis d’avance curieuse de savoir sur quel nouveau projet l’auteure travaille.

Le blog remercie son partenaire Something Else Editions pour sa confiance et ce sp ainsi que l’auteure Sophia DiLorenzo pour le bon moment de lecture de Miss C.