Publié dans Chroniques de Flo, Riveneuve Editions, Service Presse

Emanuel Gat – Cet espace où danse la musique de Philippe Verrièle chez Riveneuve Editions

416X2N2y-aL._SX195_

vecteur calendrier21 février 2019

livre-russe-de-rotation-de-pages-boucle-42239691 144 pages

Themes_B Art – Chorégraphe – Danse – Musique – Photos

56723958_2124351234319190_4547478267396882432_n Riveneuve Editions

20717-euro-symbol-on-a-shopping-bag1-200x200 22,00 € – Broché

 

 

14922926_10154716934704228_1542764148_o

Venu à la danse sur le tard, à 23 ans, après un atelier d’amateur, Emanuel Gat a rattrapé le temps perdu. Deux ans après, il débutait sa carrière de chorégraphe indépendant ! Depuis la fondation de sa compagnie, en 2004, il enchaîne les créations, du Sacre du Printemps (2004) à Goldlandberg (2013) en passant par K626 (2006), Silent Ballet (2008) ou Sunny (2016), qui se réfère à la fameuse chanson de Bobby Hebb… Manière de souligner que, toujours, l’œuvre du chorégraphe vient examiner la musique, toute la musique. Et sa récente création, Story Water (2018), n’a pas hésité à se mesurer au monument Boulez ! On appréciera l’éclectisme.

Mais, après Cage, Cunningham et toute l’aventure de la danse contemporaine, comment s’intéresser à la musique ? Personne ne doute aujourd’hui que la musique soit un art suffisamment important pour ne pas avoir besoin de la danse pour exister… Mais les difficultés des chorégraphes à se faire reconnaître comme auteurs quand ils utilisent une célèbre partition demeurent. Cela devrait dissuader de retourner interroger la musique. Sinon que ces considérations et les précautions n’appartiennent pas au caractère d’Emanuel Gat, lequel fait de la matière musicale l’un de ses sujets. D’une façon tout à fait originale : le corps du danseur devenant une manière d’espace pour la musique !

 

14894477_10154716951124228_437922262_o

Pour la passionnée de danse que je suis depuis mon plus jeune âge, mais qui aime aussi beaucoup la musique tant et si bien que pour moi l’un ne va pas sans l’autre, je me suis plongée dans ce livre et je n’ai pu en relever la tête avant de l’avoir fini. 

Un livre qui parle de la musique mais aussi de la danse pour nous montrer comment l’un se met au service de l’autre. 

Un livre qui pour moi se divise en  » parties :

  1. la musique (les musiciens inventent ou réinventent la musique)
  2. la danse (les danseurs s’approprie une musique afin d’un faire une chorégraphie)
  3. le travail chorégraphique  (les mouvements « dansés » sur la musique ).

Sans musique et donc sans musiciens, difficile pour le danseur de laisser parler son corps, son art afin de se mouvoir et de nous offrir une danse. Danser fait ressortir des émotions, émotions que l’on puisse sur l’air (donc la musique) sur laquelle on se mouvoie et qui nous emporte. 

J’ai beaucoup apprécié le parti pris de l’auteur de nous livrer les interviews des musiciens qui jouent pendant les ballets et qui font donc entièrement partie de la mise en scène… Cela fait ressortir le lien unique et fort de la musique et la danse. 

De magnifiques photos agrémentent chaque chapitre et je dois dire que j’ai pris un réel plaisir à la découvrir.

J’ai été captivée par la présentation d’Emanuel Gat, dont j’avais déjà entendue parler auparavant, et de pouvoir en découvrir plus sur son travail chorégraphique qui nous montre combien musiciens et danseurs sont complémentaires quitte à ne faire qu’un sur scène… Il nous fait découvrir son « univers » bien à lui et j’avoue avoir été admirative de son travail et sa carrière. 

Je vous conseille, pour vos passionnés de musique et surtout de danse, de découvrir sans plus attendre ce livre qui nous permet de découvrir aussi bien les œuvres chorégraphiques d’Emanuel Gat mis aussi la façon dont il élabore et crée ses œuvres et comment il met en avant les musiciens et danseurs qui « subliment » ses spectacles.

 

Un immense merci à Babélio qui m’a permis de découvrir ce livre coup de cœur pour moi grâce à sa masse critique sans oublier Riveneuve Editions pour l’envoi et aussi Emanuel Gat pour sa passion qu’il nous transmet à travers cette lecture et à travers de magnifiques photos.