Publié dans Service Presse

Dark psycho tome 1 : Red room de Thania Odyne

dark psycho

vecteur calendrier 25 septembre 2017

livre-russe-de-rotation-de-pages-boucle-42239691 328 pages

Themes_B Dark romance – Violence – Enlèvement – Viol – deepweb

logoae

20717-euro-symbol-on-a-shopping-bag1-200x200 3,99 € – Ebook / 15,00 € – Broché

 

 

14922926_10154716934704228_1542764148_o

Eléonore, jeune journaliste, se plonge dans une enquête sur le darknet. Cette face cachée du web recèle bien des mystères qu’elle souhaite montrer au grand jour. Ce qu’elle n’avait pas prévu c’est qu’en entrant dans ce monde parallèle, sa vie allait devenir, en un claquement de doigt, un vrai film d’horreur.
Cet homme dissimulé derrière un masque va lui faire subir les pires atrocités mais quelque chose en lui, l’attire inexorablement. Il n’y a aucune logique à ça ! C’est un psychopathe, sans émotion, qui torture et tue sans remords. Elle est lumineuse alors qu’il est le mal incarné.
Comment une relation pourrait-elle être possible ? Qui est-il vraiment et qu’attend-il de cette femme qui chamboule ses certitudes ?
Quand un serpent rencontre une souris, qui des deux en sort vivant ?

Attention : Contient des scènes de relations explicites, de violence et de meurtre. Ne convient pas à un jeune public.

 

 

14894477_10154716951124228_437922262_o

Une dark romance qui m’a prise aux tripes et qui pourtant m’a captivée…

En effet, l’intrigue est très prenante et notre héroïne va se retrouver plongée dans un univers fait de violences, sévices pouvant aller du viols, tortures et même au meurtre… mais sans rentrer dans le gore ce qui est tout à l’honneur de l’auteure. Nous sommes tenus en haleine tout du long de la lecture en tout un tas d’émotions seront au rendez-vous entre rebondissements, retournements de situation, révélations.

Les personnages sont étonnants par leur personnalité complexes. On essaye de les comprendre sans forcément y arriver.

Eléonore est une journaliste, la meilleure dans sa rédaction et le sujet auquel elle s’attaque, à savoir le deepweb est très dangereux, illégal et surtout très bien « caché » aux yeux des « lambas » que nous sommes mais nous voyons que ces « pratiques » ont leur fans et ils ont l’air nombreux. Je l’ai trouvé un peu inconsciente face aux menaces qui pèsent sur elle car elle avait parfois l’air de faire « l’autruche » mais bon il fallait bien que l’intrigue avance. Je l’ai trouvé assez forte lors de son enlèvement et surtout la découverte de ses fameuses red room car au début elle n’accepte pas sa condition et essayera de s’enfuir quitte à mettre de nouveau sa vie en danger. Mais entre choisir les tortures et essayer de revoir l’air « libre » je pense qu’on aurait tentés nous aussi le tout pour le tout quitte à y laisse notre peau !!! Par contre j’ai été un peu dérangée par le syndrome de Stockholm qu’elle va approuver pour son kidnappeur masqué car je trouve qu’il arrive un peu trop vite et qu’elle lui voue un peu trop rapidement confiance alors que tout laisserait place à se méfier de lui vu les horreurs dont il peut faire preuve avec ses comparses.

Concernant les kidnappeurs, j’ai eu du mal à les démasquer, comprendre pourquoi ils en étaient arrivés là… même avec certaines explications sur leur passé ou confidences j’ai encore un peu de mal à vraiment comprendre où ils veulent en venir et surtout quel plaisir ils en retirent !!! Je pense qu’on en apprendra plus dans le tome 2 car la fin m’a vraiment laissé dans un état de stress impressionnant et avec des questions auxquelles j’espère tant de réponses lol

J’ai découvert avec ce roman la plume fluide, moderne et si captivante de l’auteure Thania Odyne que je ne manquerai pas de suivre de plus près… Elle arrive si bien à nous faire rentrer dans la peau de ses personnages même si certains m’ont glacé le sang mais là je vous laisse découvrir desquels il s’agit !

 

Je remercie Thania Odyne pour sa confiance et ce moment de lecture « sanglant », « glaçant », ayant joué avec mes nerfs mais que je ne regrette en aucun cas car la preuve j’attends le tome 2 avec impatience.

Publicités