Publié dans Non classé

La douleur du silence de Marie-Béatrice Ledent

51kc5e3t5fl-_sy346_

vecteur calendrier

livre-russe-de-rotation-de-pages-boucle-42239691 243 pages

themes_b ChangementNouvelle écoleAdolescents – Difficulté à faire le deuil – Harcèlement scolaire – Descente aux enfers

logoae

20717-euro-symbol-on-a-shopping-bag1-200x200 1,78 € – Ebook

 

14922926_10154716934704228_1542764148_o

A 13 ans, Martine Croin n’est qu’une jeune fille comme les autres. Contrainte de quitter sa ville et son passé pour le bien de la famille, elle s’apprête à découvrir sa nouvelle école. Devant le changement, elle se sent désarmée et s’enferme dans le silence. Mais ses nouveaux camarades de classe la considèrent comme une proie facile. Pour exorciser sa souffrance, Martine va se trouver un dangereux échappatoire…

14894477_10154716951124228_437922262_o

Un roman très lourd émotionnellement car il ne faut pas cacher qu’il parle, malheureusement, d’un sujet « d’actualité » qu’est le harcèlement scolaire et ses conséquences dramatiques…

Au début, on rencontre une famille brisée par un drame familiale dont ils ont du mal à faire leur deuil.

Pour les besoins professionnels de son père, Martine se voit contrainte d’abandonner sa vie, ses amies et de tout recommencer à zéro dans une nouvelle ville.

Mais tout ne se passera pas comme elle se l’imaginais car étant stressée par son 1er jour d’école dans son nouvel établissement, Martine se montrera maladroite et de ce fait deviendra la risée et le nouveau souffre-douleur de ses camarades de classe…

Ce harcèlement augmentera de plus en plus et les provocations deviendront douloureuses et violentes mais Martine ne laisse jamais rien voir pour ne pas « inquiéter » ses parents.

Elle trouvera un « moyen » de surmonter la douleur et l’humiliation qu’elle ressent par des scarifications.

Malheureusement Martine ne peut pas compter sur l’aide de ses parents qui sont démissionnaires de différentes manières : la dépression ou trouver refuge dans son travail.

Malgré l’amitié de Judy et la gentillesse de Fabrice, et la réaction assez tardive de ses parents et du corps enseignants, rien ne pourra arrêter la descente aux enfers de Martine, même si cette dernière aimerait y arriver mais il suffit d’un rebondissements « malheureux » et tout redevient noir et sombre.

J’ai fini cette lecture avec le cœur serré, les larmes ayant souvent coulées durant ma lecture mais aussi avec une haine profonde pour toutes ces personnes qui ont précipités Martine jusqu’à sa disparition que ce soit ceux qui n’ont rien perçu de son mal-être (pourtant il y avait des signes qui auraient pu mettre la puce à l’oreille), ses « tortionnaires » et la liste pourrait vite devenir longue.

Merci à Marie-Béatrice Ledent de m’avoir permis de découvrir son roman mais aussi son écriture qui est si franche, simple et qui nous fait ressentir la détresse de Martine.

J’ai tout de même été étonné par l’épilogue que je vous laisse découvrir.

Je pense que ce roman mériterait d’être étudié ou du moins abordé dans les collèges et les lycées de France et de navarre et peut-être qu’il y aurait plus de victimes de harcèlement scoalaire qui oseraient enfin sortir de leur silence

Publicités